Guyane : la justice enjoint l’Etat à « prolonger » les concessions du projet minier controversé de la Montagne d’or

ECOLOGIE Alors que le gouvernement avait refusé de renouveler les concessions du projet minier controversé de la Montagne d’or, le tribunal administratif de Guyane l’enjoint à les « prolonger dans un délai de six mois »

20 Minutes avec AFP

— 

Rassemblement hostile au projet Montagne d'Or, le 16 juin 2018 a Cayenne.
Rassemblement hostile au projet Montagne d'Or, le 16 juin 2018 a Cayenne. — NICOLAS QUENDEZ/SIPA

Le gouvernement avait promis son arrêt, mais le controversé projet minier de la Montagne d'or, en Guyane, vient d’obtenir le soutien du tribunal administratif local.

Celui-ci a en effet enjoint l’Etat à « prolonger dans un délai de six mois » les concessions de la compagnie Montagne d’or, alors que le ministre de l’Economie, Bruno Le maire, avait implicitement refusé de les renouveler pour 25 ans le 21 janvier 2019, en raison de leur incompatibilité avec l'agenda écologique du gouvernement. Ces concessions, d’une surface de 40 km2, sont en effet situées dans les communes de Saint-Laurent du Maroni et Apatou, en pleine forêt, entre deux réserves à haute valeur de biodiversité.

Mais, selon le tribunal administratif, ce projet d’extraction d’or primaire – le plus grand jamais porté en France et censé créer 750 emplois directs –, « présente suffisamment d’éléments justifiant de ses capacités techniques et financières pour exploiter les concessions ».

La compagnie Montagne d’or prévoit d’y exploiter et d’y traiter, au cours des prochaines années, un gisement de 85 tonnes d’or.