La Bretagne et Nicolas Hulot s’allient pour créer leur fondation en faveur de la biodiversité

CLIMAT La fondation « Breizh Biodiv » sera alimentée par des fonds publics et des mécènes privés

Camille Allain

— 

Illustration de biodiversité avec des coquelicots au bord d'un champ en Bretagne.
Illustration de biodiversité avec des coquelicots au bord d'un champ en Bretagne. — C. Allain / 20 Minutes
  • La région Bretagne et la Fondation Nicolas Hulot viennent de créer la Fondation « Breizh Biodiv » pour promouvoir la biodiversité.
  • Des fonds publics et privés viendront alimenter ce fonds qui servira à financer les actions en faveur de la protection de l’environnement.
  • L’ancien ministre Nicolas Hulot encourage cette initiative mais prévient que sa fondation sera vigilante à l’utilisation des moyens.

« C’est une brique supplémentaire qui nous permettra d’agir pour la Bretagne, pour l’Europe et pour toute l’humanité. C’est un jour fort, peut-être historique ». Derrière son masque affichant le nom de sa nouvelle fondation baptisée « Breizh Biodiv », Loïg Chesnais-Girard avait le sourire mardi. Debout aux côtés de l’ancien ministre et infatigable militant Nicolas Hulot, le président de la Bretagne avait à cœur de présenter le nouveau bébé de la région pour œuvrer en faveur de la biodiversité. Tancée pour ses algues vertes ou son agriculture intensive, la Bretagne vient de se doter de sa propre fondation, qu’elle a placée sous l’égide de la Fondation Nicolas Hulot. « Nous avions besoin d’un guide, d’un partenaire exigeant », a expliqué le président socialiste pour justifier ce choix.

Concrètement, cette nouvelle fondation sera alimentée à 45 % par des fonds publics et à 55 % par des mécènes privés. EDF, Engie et Arkea ont déjà donné leur accord pour s’engager dans le dispositif, qui devrait être doté de 600.000 euros à la fin 2021. « Historiquement, nous menions déjà des actions en faveur de la biodiversité mais ce fonds viendra s’additionner. Il pourra financer de petits projets portés par les associations et les collectivités », explique Thierry Burlot, vice-président chargé de la politique de l’eau. « Ce n’est pas un recyclage d’argent, ce sont de nouveaux investissements », promet son président. A l’image du 1 % culture, la région va également créer un 1 % biodiversité. Concrètement, 1 % de son budget d’investissement (construction de lycées, de ports, aménagement des canaux…) sera consacré à la nature.

Nicolas Hulot et Loïg Chesnais-Girard ont entériné la création de la Fondation Breizh Biodiv en faveur de la biodiversité.
Nicolas Hulot et Loïg Chesnais-Girard ont entériné la création de la Fondation Breizh Biodiv en faveur de la biodiversité. - C. Allain / 20 Minutes

Pour s’assurer de la pertinence de ses financements, la région Bretagne a choisi d’être accompagnée pendant cinq ans par la Fondation Nicolas Hulot, qui aura la charge de « surveiller » que les investissements soient bien dans l’intérêt de l’environnement. « La Bretagne a un tissu riche d’associations. Chacun connaît mon attachement à la région [Nicolas Hulot y habite]. J’ose espérer que la Bretagne pourrait faire jaillir ce monde de demain. Vous avez du chemin à parcourir mais cette initiative va dans le bon sens », a réagi l’ancien ministre de la Transition écologique d’Emmanuel Macron.

Le président de la Ligue de protection des oiseaux bretonne est aussi enthousiaste. « Le financement, c’est le nerf de la guerre pour les associations. Quand il faut passer par un dossier auprès de l’Europe, c’est un casse-tête tellement c’est chronophage », estime Olivier Retail. La LPO aimerait notamment profiter de fonds pour se rapprocher du monde agricole « sans jugement ni clivage » et entamer des actions en faveur de la biodiversité. « Les agriculteurs ont plein de connaissances, les naturalistes en ont d’autres. Il faut que nous travaillions ensemble ». Les premiers projets labellisés par la « Breizh Biodiv » seront examinés début 2021.