Un chasseur abat l’ourse Sarousse dans les Pyrénées lors d’une battue aux sangliers

ANIMAUX Le chasseur a évoqué la légitime défense pour justifier les coups de feu contre l’ourse Sarousse, réintroduite en 2006 à Arbas, dans les Pyrénées françaises

Béatrice Colin

— 

Un ours brun (photo illustration).
Un ours brun (photo illustration). — WHITEWOLF/SIPA
  • L’ourse Sarousse a été abattue dimanche par un chasseur sur le versant espagnol des Pyrénées.
  • Agée aujourd’hui de 21 ans, l’ourse slovène avait été lâchée en 2006 à Arbas, en Haute-Garonne.
  • C’est le troisième ours qui meurt cette année de la main de l’homme dans les Pyrénées françaises.

Auprès des autorités aragonaises, le chasseur a évoqué la légitime défense. Ce dimanche, alors qu’il participait à une battue aux sangliers dans la vallée pyrénéenne espagnole de Bardaji, dans le secteur de Ribagorza, au nord-est de l’Aragon, un homme a fait feu sur l'ourse Sarousse.

Selon le journal Heraldo, il aurait crié pour l’effrayer, mais l’animal se serait avancé vers lui jusqu’à ce qu’il utilise son arme, à trois reprises. La Garde civile, la gendarmerie version espagnole, a été prévenue et a ouvert une enquête.

De son côté, le gouvernement aragonais a indiqué que l’autopsie serait réalisée par ses techniciens dès ce lundi pour confirmer les causes de la mort du plantigrade.

Âgée aujourd’hui de 21 ans, Sarousse est une ourse slovène lâchée à Arbas, en Haute-Garonne, en 2006. Elle avait rapidement perdu son collier émetteur et avait été capturée avant d’être relâchée en altitude.

Durant plusieurs années, elle s’est déplacée entre le Luchonnais français et le Val d’Aran espagnol, de part et d’autre des Pyrénées, avant de se déplacer à une trentaine de kilomètres vers le sud en 2010. Depuis, elle s’est fixée en Aragon selon l’association Adet-Pays de l’ours.

Trois ours morts cette année

Depuis le début de l’année, c’est le troisième ours qui meurt dans les Pyrénées. Au printemps, un plantigrade a été tué par balles en Ariège, du côté d’Ustou. L’auteur des coups de feu n’a pour l’heure jamais été retrouvé. Le second est Cachou, retrouvé mort empoisonné dans le Val d’Aran espagnol. Depuis, un agent de l’environnement a été interpellé dans cette affaire, soupçonné d’être à l’origine de la mort de l’ours âgé de 5 ans.

Les associations de défense du plantigrade ont appelé la semaine dernière à ce que les deux ours déjà morts de manière non accidentelle cette année soient remplacés. Cette nouvelle perte sera un argument de plus pour de nouvelles réintroductions.