Toulouse : Le zoo African Safari sous le choc après la mort inexpliquée de la girafe Onduri

ANIMAUX Onduri, l’une des girafes d’Angola du parc zoologique African Safari, à Plaisance-du-Touch, est morte brutalement. Elle allait mettre bas dans quelques semaines

Nicolas Stival

— 

La girafe Onduri, femelle gestante de 19 ans, est morte brutalement au zoo African Safari de Plaisance-du-Touch.
La girafe Onduri, femelle gestante de 19 ans, est morte brutalement au zoo African Safari de Plaisance-du-Touch. — Zoo African Safari

Ce mercredi matin, au lendemain de l’allocution du président de la République, African Safari ne savait toujours pas quand il allait pouvoir rouvrir ses portes fermées depuis le reconfinement, voici près d’un mois. Les parcs zoologiques, comme celui de Plaisance-du-Touch près de Toulouse, n’ont pas été cités nommément par Emmanuel Macron et restent dans le flou. Quoi qu’il en soit, quand les visiteurs pourront revenir, ils ne verront plus Onduri.

La mort de l’une des quatre girafes du parc a été annoncée en début de semaine, mais remonte à jeudi dernier. Alors qu’elle devait avoir 20 ans en janvier et qu’elle allait mettre bas d’ici quelques semaines, cette femelle arrivée du zoo de Dortmund en 2014, pour rejoindre ses sœurs Rahima et Quibala, a été retrouvée sans vie. Une découverte traumatisante pour les équipes du parc, d’autant qu’aucun signe avant-coureur ne laissait supposer une telle issue.

« L’autopsie n’a pas donné de causes précises de la mort, indique African Safari. Des analyses plus poussées sont en cours. » En captivité, la durée de vie de cet animal peut dépasser les 25 ans. Cette perte est d’autant plus cruelle que la girafe d’Angola, présente aussi en Zambie, en Namibie et au Bostwana, est une sous-espèce plutôt rare.

« Nous sommes le seul parc français en avoir », précise African Safari, qui pendant sa période de fermeture, propose des lives Instagram. L’éventuelle arrivée d’une nouvelle girafe, gérée – comme pour tous les animaux de zoo – au niveau européen, est un processus d’autant plus long pour cette raison.