Ils créent une chaussure vegan à base de maïs, de riz et de liège

LE PIED Passés par la Rennes School of Business, Carole Beauverger et Lionel Le Floch ont inventé une chaussure vegan

Camille Allain

— 

La marque Supergreen produit des chaussures vegan, fabriquées à partir de matières végétales.
La marque Supergreen produit des chaussures vegan, fabriquées à partir de matières végétales. — Supergreen
  • Fabriquée à base de fibre de maïs, de riz, de liège et de gomme recyclée la chaussure "popcorn" n’utilise ni cuir ni synthétique.
  • Lancée par deux anciens de la Rennes School of Business qui ne se connaissaient pas, la chaussure végétale a trouvé ses clients.
  • La vente, uniquement réalisée via la plateforme Ulule, permet aux fondateurs de Supergreen de gérer la production à l’unité près.

Certains sont réputés pour avoir la main verte. D’autres auront bientôt les pieds verts, grâce à une chaussure toute blanche. Surnommée la « popcorn », cette basket unisexe est proposée à la vente en ligne sur le site Ulule jusqu’à vendredi par la toute récente marque Supergreen. Sa particularité ? Être conçue à partir de matière végétale et donc vegan. Exit le cuir ou le synthétique et bonjour à la fibre de maïs. « J’ai visité pas mal de tanneries en Italie ou en Asie. Il y avait cette odeur, ces peaux d’animaux dépecés. Et toute la pollution que ça engendrait dans les rivières par les rejets des eaux de traitement du cuir. Je voulais trouver une alternative », explique Lionel Le Floch.

Ce designer formé à la Rennes School of Business a travaillé pour de grandes marques comme Berluti ou JB Martin avant de se lancer dans l’aventure Supergreen. En écumant les salons professionnels, il a rencontré une société italienne, réputée pour proposer des matières uniquement issues du monde végétal. « On a testé la matière et on a fait nos prototypes. On les a portés pendant des mois pour s’assurer que ça tenait dans le temps. L’aspect nous a bluffés. C’est souple, respirant, très agréable à porter », poursuit le co-fondateur. Fabriquée à base de fibre de maïs, la croûte de la chaussure est assemblée à la main au Portugal, où elle est associée à une semelle fabriquée à base de gomme recyclée, de riz et de liège et des lacets en lin.

Lionel Le Floch et Carole Beauverger ont fondé la marque Supergreen, qui produit des chaussures avec des matières végétales.
Lionel Le Floch et Carole Beauverger ont fondé la marque Supergreen, qui produit des chaussures avec des matières végétales. - Supergreen

Pour s’offrir la chance de voir son projet décoller, le natif de Marseille s’est mis en quête d’un associé capable de porter la stratégie commerciale de Supergreen. Il l’a finalement trouvé sur Linkedin, le Tinder du marketing digital. « Nous avons lancé notre première chaussure « cornflex » pendant le confinement, avec une semelle faite en sève d’arbre. C’était un pari mais ça a été un vrai succès mais elle ne s’adressait qu’aux hommes. On avait beaucoup de demande pour une basket unisexe », embraye Carole Beauverger, cofondatrice de la marque.

Egalement passée par la grande école de commerce rennaise, la responsable marketing a travaillé pour de grands groupes de la distribution avant d’évoluer dans la mode chez Sonia Rykiel ou Le Mont Saint-Michel. C’est elle qui a proposé d’opter pour une diffusion entièrement à la demande, via la plateforme de financement participatif Ulule.

Vendue 129 euros, la basket végétale a déjà séduit plus de 250 internautes à quelques jours de la clôture de la campagne. « On est à l’opposé du Black Friday car on ne produit que ce qu’on nous commande. Et nos clients devront attendre trois mois pour avoir leur paire de chaussure », explique le binôme, désormais installé à Paris. La marque Supergreen ne s’arrêtera pas là et planche déjà sur de nouveaux modèles végétaux. Une affaire qui marche bien.