Bassin d’Arcachon : Comment un Girondin remet au goût du jour une technique de semences de l’Antiquité

ENVIRONNEMENT Mathieu Duboy fabrique et vend des « balles de graines » depuis deux ans sur le Bassin d’Arcachon

Clément Carpentier

— 

L'objectif est de créer une petite boulette avec de l'argile pour favoriser la germination des graines.
L'objectif est de créer une petite boulette avec de l'argile pour favoriser la germination des graines. — Les Balles de graines
  • Mathieu Duboy, un Girondin, tente de remettre au goût du jour une technique de semis remontant à l’Antiquité : les boulettes de graines.
  • Une technique simple, ludique et bio avec uniquement de l’argile pour favoriser la germination des plantes notamment dans des milieux hostiles.
  • L’objectif est de préserver la biodiversité grâce à la plantation des plantes pour les insectes comme les abeilles.

C’est une technique presque vieille comme le monde. Un héritage de l’Egypte antique. Pourtant, elle reste méconnue. Et surtout, très peu utilisée par le grand public. Il s’agit de la technique des boulettes de graines. Certains se souviennent peut-être d’en avoir entendu parler tout petits, lors de la découverte de la germination au CP/CE1. Avec ce haricot que les maîtresses faisaient planter à leurs jeunes élèves.

Mathieu Duboy est bien plus grand. Mais ce développeur Web de 33 ans continue de planter ses « Balles de graines » ou plutôt s’y est remis il y a deux ans. Depuis, le Girondin installé à La-Teste-de-Buch cherche à remettre au goût du jour cette technique avec l’objectif de « préserver la biodiversité de manière simple et ludique ». Site Internet, boutique en ligne, cagnotte de financement participatif… Sa petite entreprise se développe au point d’avoir reçu près de 3.000 commandes ces derniers mois. A l’occasion du lancement ce lundi de son opération « Végétalise ton kilomètre » (lire encadré) sur le modèle « Nettoie ton kilomètre », il présente son projet.

D’où vient cette technique de semis ?

De loin. De très loin. Selon les spécialistes, elle remonte à l’Antiquité : « Ce sont les Egyptiens qui l’utilisaient le plus souvent en raison du manque d’eau, explique Mathieu Duboy, ils se servaient de l’argile pour protéger les graines des conditions arides et pour absorber le peu d’eau dès qu’il y en avait. L’argile les protégeait aussi des prédateurs afin qu’elles finissent par germer et pousser. » Cet enrobage permet en effet d’optimiser la germination de la semence.

Mathieu Duboy avec ses balles de graines dans les mains.
Mathieu Duboy avec ses balles de graines dans les mains. - Les Balles de graines

Cette technique, tombée peu à peu dans l’oubli, est revenue sur le devant de la scène grâce à un célèbre agriculteur japonais, Masanobu Fukuoka. Il l’a utilisé lors de la Seconde Guerre mondiale pour accroître la production alimentaire de son pays puis dans les années 1970 en Afrique pour aider les populations à cultiver dans des conditions souvent difficiles.

Comment faire ses propres boulettes de graines ?

« Déjà, il faut savoir que tout le monde peut le faire et c’est surtout intéressant de le faire avec ses enfants », rappelle le trentenaire du Bassin d’Arcachon. Il suffit d’avoir des graines et de l’argile : « On peut aussi mettre du terreau ou des répulsifs naturels comme le piment ou le poivre mais ce n’est pas obligatoire. Il faut tremper les graines, verser de l’argile (naturelle ou en poudre) qui se colle dessus, mouiller de nouveau et en remettre pour créer au final une petite boulette. Ensuite, il faut laisser sécher et après on peut s’en servir quand on veut. »

Les répulsifs naturels aident à repousser par exemple les oiseaux. Mathieu Duboy plante et vend exclusivement pour le moment des fleurs mellifères pour les abeilles. Mais cette technique fonctionne avec tout type de graines.

Quels en sont les bienfaits ?

Il s’agit avant tout de préserver la biodiversité. « Pas besoin d’engrais ou de quoi que ce soit d’autre, on pourrait même dire que c’est une technique pour les fainéants », s’amuse le développeur Web. L’objectif est d’en mettre un peu partout pour permettre notamment aux insectes de se développer avec ces plantes. Mathieu Duboy propose quatre gammes, pour les oiseaux, les coccinelles, les abeilles et les papillons. Il vend ses sachets de 20-25 balles de graines autour de sept euros.

Pour la petite histoire, il rappelle que cette technique des boulettes de graines, appelées aussi « Seed Balls », était aussi dans les années 1970 un symbole politique : « Les anticapitalistes les lançaient et plantaient au pied de chaque nouveau building construit dans certaines villes pour faire part de la colère et témoigner de leur résistance ».

« Végétalise ton kilomètre »

Le défi écolo « Nettoie ton kilomètre » fait des petits. Sur le même principe, Mathieu Duboy a décidé de lancer ce lundi l’opération « Végétalise ton kilomètre ». Le principe est simple : Il suffit de se munir de quelques graines, d’une bouteille d’eau et de profiter de son heure journalière de sortie pour fleurir son quartier, sa rue, sa façade, et en prendre soin tous les jours jusqu’à la fin du confinement.

« Je souhaite inciter les gens à fleurir autant qu’ils peuvent leurs maisons, en ville, à la campagne… Peu importe. On a tous besoin de fleurs, les pollinisateurs aussi et surtout en ces temps peu heureux, cela donne du baume au cœur », affirme le Girondin.