Emmanuel Macron réunit vendredi les grands financeurs pour le climat

REUNION Les représentants d'une trentaine de fonds souverains et de gestionnaires d'actifs internationaux participeront à la visioconférence

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron réunit vendredi les grands financeurs pour le climat (Archives)
Emmanuel Macron réunit vendredi les grands financeurs pour le climat (Archives) — Thibault Camus/AP/SIPA

En attendant que l'Etat apporte les preuves de son engagement pour l’environnement, Emmanuel Macron réunit vendredi les représentants d’une trentaine de fonds souverains et de gestionnaires d’actifs internationaux qui ont pris l’engagement de favoriser la finance « verte » face à l'urgence climatique.

Cette réunion, qui se fera par visioconférence, sera la troisième du groupe de travail « fonds souverains » du One Planet Summit, lancé à l’initiative du président de la République en décembre 2017. Ce groupe s’est depuis développé puisqu’il compte désormais 33 institutions financières, dont 14 fonds souverains, qui pèsent 30.000 milliards de dollars, soit près de 30 % des fonds gérés dans le monde, indique l’Elysée.

Blackrock, Goldman Sachs ou encore BNP Paribas seront là

« Ce montant a été multiplié par dix depuis le départ, ce qui est énorme », et cela démontre qu’un nombre croissant d’acteurs financiers « croient à l’importance de prendre en compte le climat » dans leur politique d’investissements, a souligné la présidence.

Participeront notamment à la visioconférence les représentants des fonds souverains de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, du Qatar, de l’Arabie saoudite, de l’Inde, du Sénégal et de plusieurs pays européens comme le Royaume-Uni ou l’Italie. Parmi les gestionnaires d’actifs, seront présents Blackrock, Goldman Sachs, BNP Paribas, HSBC, Natixis, Amundi ou UBS.

« Make our planet great again »

Avec le One Planet Summit, Emmanuel Macron a cherché à créer une coalition internationale pour mobiliser le secteur privé face au réchauffement climatique, quelques mois après l’annonce par Donald Trump de la sortie des Etats-Unis de l’Accord de Paris de 2015, dont les cinq ans seront célébrés en décembre.

« La finance sera verte ou ne sera pas. Elle aidera au financement de la transition écologique ou ne sera pas. Cette nouvelle coalition doit nous permettre financer des projets verts », avait déclaré le ministre de l’Economie Bruno Le Maire à l’issue de la précédente réunion du groupe de travail en juillet 2019.

S’ils tirent une part importante de leurs ressources des énergies fossiles, ces fonds s’inquiètent de la rentabilité future de leurs actifs qui sera notamment impactée par des réglementations plus contraignantes et la hausse du prix du CO2. « En intégrant le risque climatique, ils peuvent être plus rentables », avait fait valoir Lawrence Yanovitch, le coordinateur fonds souverains du One Planet Summit.