Vieille, tacaud, grondin… En Bretagne, des pêcheurs veulent relancer le commerce des poissons « oubliés »

PECHE Une campagne intitulée « Non au délit de sales gueules » fait la promotion de certaines espèces boudées des clients

C.A. avec AFP

— 

Illustration d'un bateau de pêcheurs ligneurs ici au large de Quiberon, en Bretagne.
Illustration d'un bateau de pêcheurs ligneurs ici au large de Quiberon, en Bretagne. — M. Mochet / AFP

Ils n’ont pas le prestige du bar, du cabillaud, de la sole ou de la raie. Mais ils présentent l’avantage d’être nombreux dans les eaux de l’Atlantique. Une poignée de pêcheurs à la ligne tente de relancer des poissons d’espèces jugées comme « oubliées ». Portée par l’association de ligneurs de la pointe Bretagne, une campagne de promotion veut redorer l’image de poissons mal-aimés. La vieille, le congre, le tacaud, le chinchard ou encore le grondin font partie de ces espèces peu cuisinées.

Intitulée « Non au délit de sale gueule », la campagne opte pour un ton humoristique au détour d’affiches aux messages percutants, comme « mieux vaut dîner avec un gros congre qu’une crevette mal élevée ». « Au niveau de la ressource, on ne risque pas de faire des dégâts car elle est bonne, estime Régis Moal, pêcheur à la ligne de Plougasnou (Finistère). Ce sont des poissons qui ne sont pas trop chers et qui sont gustativement bons ». Les pêcheurs aimeraient s’associer avec des chefs et des poissonniers pour inciter les clients à changer leurs habitudes et diversifier leurs choix.

Le prix moyen de vente en criée du tacaud était de 0,84 euros le kg en 2018. « Cela montre bien à quel point de nombreuses espèces sont dévalorisées, dans tous les sens du terme », estime Ken Kawahara, membre de l’association qui regroupe 70 ligneurs. La même année, 3.000 tonnes de tacauds avaient été débarquées. « Un joli filet de vieille de ligne rôti au four agrémenté d’un simple filet d’huile d’olive et d’une pincée de sel et de piment d’Espelette a largement de quoi faire rougir le plus noble de ces poissons », assure l’association.