Finistère : « Elevage = nazisme »… Un éleveur fait recouvrir un tag par une œuvre d’art

AGRIBASHING Dans le Finistère, un agriculteur avait vu sa ferme être la cible de tags injurieux

Camille Allain
— 
Un éleveur du Finistère a fait recouvrir les tags injurieux par une fresque d'art réalisée par l'artiste Heol.
Un éleveur du Finistère a fait recouvrir les tags injurieux par une fresque d'art réalisée par l'artiste Heol. — Heol

Il a décidé de réagir. Deux mois et demi après avoir été la cible de tags injurieux, un jeune agriculteur du Finistère a fait recouvrir les messages de haine dont il avait été victime par une fresque d’art réalisée par l’artiste Heol, spécialiste du street-art bien connu à Rennes. Le message « Nourrir notre humanité » a été assorti d’une large peinture apposée sur un mur de sa ferme installée à Plonévez-Porzay, dans le Finistère.

Le 28 août, Guillaume Divanach avait découvert deux tags sur le mur de son exploitation. « Elevage = nazisme » et « Auschwitz n’a jamais fermé » avaient été peints à la bombe sur un mur de sa ferme. Le jeune agriculteur avait porté plainte, estimant que « des antispécistes » étaient responsables de ces messages injurieux. Vendredi, l’éleveur a dévoilé une grande fresque d’art urbain « plus forte que leur haine », selon lui. « On ne crache pas sur la main qui nous nourrit », estime l’artiste rennais Heol.

Par son message, l’éleveur espère lutter contre « l’agribashing » et alerter la population sur les intrusions et « le harcèlement » dont sont victimes les agriculteurs. D’après le ministère de l’Agriculture, près de 15.000 atteintes à l’encontre des agriculteurs ont été recensées en de janvier à octobre 2019, soit « deux chaque heure ». Un chiffre en hausse de 1,5 % sur un an qui a conduit à la mise en place de la cellule Demeter, une cellule de la gendarmerie luttant contre les intrusions dans les exploitations.