Bretagne : Après trois mois de soins intensifs, la femelle phoque L9 a retrouvé la mer

RETOUR A L'EAU L’animal a été relâché jeudi à Plouër-sur-Rance, dans les Côtes-d’Armor, où il avait été secouru cet été

Jérôme Gicquel
— 
En trois mois, le phoque L9 a repris du poil de la bête en prenant 34 kilos.
En trois mois, le phoque L9 a repris du poil de la bête en prenant 34 kilos. — Océanopolis
  • Après trois mois de soins intensifs à Océanopolis à Brest, la femelle phoque L9 a retrouvé son habitat naturel jeudi.
  • Très amaigri et souffrant de troubles digestifs, l’animal avait été secouru cet été sur les rives de la Rance.

Libérée, délivrée ! Après plus de trois mois passés sur le continent, la femelle phoque L9 a enfin retrouvé son habitat naturel. Les équipes du centre de soins d’Océanopolis à Brest, où l’animal était en convalescence, ont relâché le veau marin jeudi sur les rives de la Rance. C’est là, à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor) précisément, que le phoque L9 avait été secouru le 23 juillet par un membre de l’association Al Lark, spécialisée dans les cétacés. Emaciée et très affaiblie, la femelle, âgée de 20 ans, ne pesait alors que 43 kg, loin de son poids habituel d’une centaine de kilos.



« Sans blessures visibles, mais léthargique et déshydratée, elle présentait également des troubles digestifs », indique Océanopolis dans un communiqué. A son arrivée au centre de soins de l’aquarium, l’animal a fait l’objet d’un examen de santé complet, passant plusieurs radios ainsi qu’une échographie. « Aucun de ces examens médicaux n’a pu expliquer l’origine de l’état de santé préoccupant de L9 », précise Océanopolis.

La femelle phoque a repris 34 kg

Les trois mois passés au centre de soins ont en tout cas permis à la femelle phoque de se refaire une santé et de reprendre 34 kg. La décision a alors été prise de la réhabiliter dans son milieu naturel. Dans la Rance donc et non à proximité des colonies de phoques veaux marins de la baie du Mont Saint-Michel.

« Cet animal vit sur la Rance depuis 20 ans, explique Sami Hassani, directeur de l’association pour la conservation des mammifères et oiseaux marins de Bretagne. Elle ne connaît pas l’environnement de la baie de Mont Saint-Michel. Il s’agit d’un animal âgé qui a montré à plusieurs reprises sa volonté de s’établir en Rance. Nous pensons que pour lui offrir les meilleures chances de réadaptation, le rivage de Plouër-sur-Rance est la meilleure option » explique Sami Hassani.

Bien connu des habitants du coin, le phoque L9 va donc retrouver avec joie la cale de Mordreuc à Pleudihen-sur-Rance où il aime se reposer. Les équipes d’Océanopolis demandent toutefois aux badauds de ne pas s’approcher de la femelle et de la laisser tranquille. « C’est un animal sauvage et il est nécessaire, pour leur santé, d’observer ces animaux à distance et de ne pas chercher à avoir d’interactions avec eux », préviennent-elles.