Climat : L’Europe a connu son mois d'octobre le plus chaud jamais enregistré

TEMPERATURE Au niveau mondial, octobre 2020 est le troisième mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré, précise Copernicus, le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne, qui fait le point ce jeudi

F.P.

— 

Octobre 2020 s'inscrit dans la veine des mois qui l'ont précédé sur le volet des températures en ayant été particulièrement chaud.
Octobre 2020 s'inscrit dans la veine des mois qui l'ont précédé sur le volet des températures en ayant été particulièrement chaud. — HANDOUT / EUROPEAN SPACE AGENCY / AFP

Octobre qui vient de s’achever s’inscrit dans la lignée des mois qui l’ont précédé en ce qui concerne les températures de l’air en surface. Il a été en effet particulièrement chaud cette année. Le Service Copernicus pour le changement climatique, le programme d’observation satellitaire de la Terre de l’Union européenne, indique, ce jeudi, que « l’Europe a connu son mois d’octobre le plus chaud jamais enregistré ».

Troisième mois d’octobre le plus chaud au niveau mondial

« Les températures ont été « nettement supérieures à la moyenne dans l’Est, mais inférieures à la moyenne dans le Sud-Ouest », détaille-t-il. Voilà pour l’Europe.

En revanche, si septembre 2020 a été le mois de septembre [cette précision compte !] le plus chaud jamais enregistré dans le monde, ce n’est pas le cas d’octobre 2020. Il se hisse tout de même sur la troisième marche, indique Copernicus qui précise qu’il « ne différait que marginalement des quatrième, cinquième et sixième mois d’octobre les plus chauds ». Les six mois d’octobre les plus chauds jamais enregistrés dans le monde l’ont été au cours des six dernières années.

Plus faible étendue moyenne de glace de mer

Copernicus fait aussi un point, ce jeudi, sur le niveau des glaces en octobre 2020. L’Arctique a connu sa plus faible étendue moyenne de glace de mer le mois dernier depuis le début des mesures par satellite en 1979. Octobre a aussi été le quatrième mois consécutif sans glace ou presque le long de la route de la mer du Nord.

De l’autre côté du globe, l’Antarctique a connu en octobre un deuxième mois lors duquel la glace de mer a eu une étendue supérieure à la moyenne, après 48 mois consécutifs d’étendue inférieure à la moyenne.