Japon : Les ours s'aventurent de plus en plus dans les villes pour se nourrir

ANIMAUX La préfecture d'Ihikawa (Japon) est passée à un niveau d'alerte maximal en matière d'attaques d'ours pour la première fois en dix ans

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un ours à collier, aussi appelé ours noir d'Asie.
Illustration d'un ours à collier, aussi appelé ours noir d'Asie. — Yuri Smityuk/TASS/Sipa USA/SIPA

Face à la multiplication au Japon des attaques d' ours dans des zones habitées, les défenseurs de la cause animale demandent un plan d’amélioration de l’habitat naturel de ces derniers. Les spécialistes attribuent en effet le phénomène au manque de glands dans les régions montagneuses. Pour trouver cet aliment nécessaire à leur prise de poids d’avant hibernation, les ursidés se rapprochent des villes, explique The Guardian.

A la situation viennent s’ajouter l’exode rural et l’abandon des zones de culture qu’il a entraîné. Cette nouvelle configuration a rendu la séparation entre les villages et les zones forestières bien moins évidentes pour les animaux. Voilà pourquoi les experts prédisent une augmentation du nombre d’attaques si aucune mesure n’est prise. Onze habitants de la préfecture d’Ishikawa (Japon) ont été blessés par des ours depuis le début de l’année.

Deux ours noirs abattus en deux semaines

Il s’agit d’un record depuis la prise en compte de ces attaques en 2005. En deux semaines, deux ours noirs ont été abattus dans la région. L’un s’était approché d’un centre commercial. L’autre avait blessé quatre personnes et s’en était pris à une voiture de police, rapporte The Mainichi. Cette région côtière est passée en niveau d’alerte maximal en matière d’attaques d’ours pour la première fois en dix ans.

Les écologistes s’inquiètent également de voir l’image de l’animal se dégrader auprès de la population. Yuko Murotani, présidente de la Société japonaise des ours et des forêts, a rappelé que dans la situation actuelle, les ursidés « vont inévitablement chercher [les glands] dans des endroits habités. […] Ils ne sont pas naturellement enclins à attaquer les humains ». Le Japon abriterait une population de 15.000 à 20.000 ours noirs asiatiques, une espèce classée comme « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature.