La nouvelle politique agricole commune « alimente la destruction écologique », juge Greta Thunberg

AGRICULTURE « Cette journée a montré une fois de plus l’ampleur du fossé qui existe entre les politiques actuelles et ce qu’il faudrait faire pour être en conformité avec l’accord de Paris », a poursuivi la militante écologiste

B.D. avec AFP

— 

Greta Thunberg, le 4 septembre 2020 devant le Parlement suédois à Stockholm.
Greta Thunberg, le 4 septembre 2020 devant le Parlement suédois à Stockholm. — Fredrik Sandberg/AP/SIPA

La militante écologiste Greta Thunberg a dénoncé vendredi soir au côté d’autres militantes pour le climat la nouvelle politique agricole commune (PAC) adoptée plus tôt par le Parlement européen, qui « alimente la destruction écologique ».

« Onze mois après que le Parlement européen a déclaré l’urgence climatique, ce même parlement a voté la poursuite d’une politique agricole qui – en résumé – alimente la destruction écologique avec près de 400 milliards d’euros », a-t-elle écrit sur Facebook, dans un message co-signé avec quatre autres militantes écologistes.

« Sommes-nous déçues ? Non. Parce que cela voudrait dire que nous nous attendions à un miracle. Pourtant, cette journée a montré une fois de plus l’ampleur du fossé qui existe entre les politiques actuelles et ce qu’il faudrait faire pour être en conformité avec l’accord de Paris », a-t-elle poursuivi.

Une PAC plus « verte » mais très insuffisante

Le Parlement européen a adopté vendredi une nouvelle PAC plus « verte » pour l’UE, qu’il doit désormais négocier avec les Etats, mais que les ONG et nombre d’eurodéputés jugent très insuffisante pour répondre aux enjeux environnementaux et climatiques.

Certains parlementaires et nombre d’ONG affichaient déception et colère face à des subventions soutenant toujours une agriculture intensive et encourageant insuffisamment selon eux des modèles plus durables et respectueux de l’environnement.