Australie : La plus grande centrale solaire au monde pourrait bientôt voir le jour

ENERGIE Construite sur un ancien terrain d’élevage de 12.000 hectares, l’infrastructure d’une capacité de 10 gigawatts pourrait commencer à produire de l’électricité en 2026

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'une centrale photovoltaïque.
Illustration d'une centrale photovoltaïque. — Franck Lodi / Sipa

L’entreprise Sun Cable a récemment dévoilé son projet de centrale solaire hors normes construite à Newcastle Waters, en Australie. Si ce projet à 20 milliards de dollars (environ 12 milliards d’euros) voit le jour, ce sera le plus grand équipement de ce type au monde. Il sera même visible depuis l’espace, précise The Guardian ce mercredi.

L’ancien terrain utilisé à l’origine pour faire paître le bétail s’étend ainsi sur 12.000 hectares. Il est situé sur l’axe de la voie ferrée qui relie Alice Springs à Darwin, un emplacement idéal pour acheminer les matériaux utilisés à la construction de la ferme solaire. Les travaux devraient débuter en 2023 et la production d’électricité trois ans plus tard.

Exportation à Singapour

L’exportation de l’énergie générée est quant à elle prévue pour 2027. Les responsables de cet équipement d’une capacité de 10 gigawatts destinent en effet deux tiers de leur production à l’alimentation en électricité de Singapour.

Avant d’en arriver là, Sun Cable doit d’abord obtenir les autorisations et les accords nécessaires. L’entreprise est actuellement en négociations avec les propriétaires du terrain. Une description du projet a également été soumise à l’autorité de protection de l’environnement du Territoire du Nord, où se situerait la ferme solaire.

De nombreux emplois prévus

Si l’opération va à son terme, la construction devrait créer 1.500 emplois directs et 10.000 indirects. Le fonctionnement de la centrale solaire nécessitera ensuite la présence permanente de 350 salariés.

Outre Singapour, la future infrastructure est aussi conçue pour fournir de l’électricité aux habitants de zones isolées du Territoire du Nord. Ces derniers tirent actuellement leur énergie de groupes électrogènes coûteux et fonctionnant au gasoil. Le courant transiterait par des câbles aériens. L’électricité envoyée à Singapour passerait de son côté par au moins deux lignes à haute tension sous-marines.