Pérou : Un nouveau géoglyphe en forme de chat découvert sur le site des lignes de Nazca

ARCHEOLOGIE La silhouette était sur le point de disparaître

20 Minutes avec agence

— 

Driver Gerard De Rooy, of Netherlands, and co-drivers Darek Rodewald, of Poland, and Moises Torrallardona, of Spain, drive their Iveco truck on the Pan American highway along the Nazca Lines geoglyphs in Nazca, Peru, after finishing second in the second stage of the Dakar Rally between Pisco and San Juan de Marcona, Tuesday, Jan. 8, 2019.
Driver Gerard De Rooy, of Netherlands, and co-drivers Darek Rodewald, of Poland, and Moises Torrallardona, of Spain, drive their Iveco truck on the Pan American highway along the Nazca Lines geoglyphs in Nazca, Peru, after finishing second in the second stage of the Dakar Rally between Pisco and San Juan de Marcona, Tuesday, Jan. 8, 2019. — RICARDO MAZALAN/AP/SIPA

C’est totalement par hasard, à l’occasion de travaux d’entretien et d’aménagement, qu’un nouveau géoglyphe a été découvert sur le site archéologique de Nazca, au Pérou​, rapporte le HuffPost. Le motif géant représente un chat et date de plus de 2.000 ans. Ces lignes, tracées dans le sol entre 500 avant J.-C. et 500 après J.-C., soulèvent une des grandes énigmes de l’archéologie en raison de leur quantité, de leur nature, de leur taille et de leur continuité.

Selon la BBC, le géoglyphe mesure 37 mètres de long et a été tracé à l’aide de pierres, laissant apparaître le sable en dessous. « La silhouette était à peine visible et était sur le point de disparaître car elle est située sur une pente assez raide sujette aux effets de l’érosion naturelle », a précisé le ministre péruvien de la Culture.

Encore d’autres géoglyphes à découvrir

Les lignes sont bien définies et mesurent 30 à 40 cm de largeur. « Il est assez étonnant que nous trouvions encore de nouveaux motifs, mais nous savons aussi qu’il y en a plus encore à trouver », a déclaré Johny Isla, archéologue en chef péruvien des lignes, à l’agence de presse espagnole Efe.

Ces dernières années, l’utilisation de drones a aidé les archéologues. Contrairement aux avions, les drones volent à très basse altitude et permettent de nouvelles découvertes. Selon l’archéologue, ces nouvelles lignes découvertes datent de l’ère Paracas, soit 500 avant J.-C. à 200 après J.-C..