Montpellier : Pour la première fois, des bébés chimères du Pacifique survivent plus d’un an en captivité

ANIMAUX Un exploit, réalisé par les aquariologistes de Planet Ocean

Nicolas Bonzom

— 

Une Chimère du Pacifique
Une Chimère du Pacifique — Planet Ocean Montpellier
  • Pour la première fois, une équipe d'aquariologistes de Planet Ocean à Montpellier a permis de faire survivre des chimères du Pacifique plus d'un an en captivité.
  • Il a fallu travailler sur l'éclairage, la température, le placement des œufs...
  • Six individus sont en pleine forme, et seront visibles pendant les vacances.

Jusqu’alors, voir grandir des chimères du Pacifique en captivité plus de quelques mois n’était qu’un doux rêve pour les aquariologistes du monde entier. Pour la première fois, l’équipe de Planet Ocean, à Montpellier(Hérault), est parvenu à élever quelques-uns de ces petits monstres des abysses pendant plus d’un an.

« C’est une belle avancée dans la sensibilisation aux merveilles de la biodiversité », se réjouit Annick Alazard, la directrice du site. C’est même un véritable exploit. Des scientifiques japonais, puis des Américains, avaient bien réussi, ces dernières années, à faire éclore des œufs de chimères du Pacifique. Mais ces créatures fragiles, qui vivent dans les profondeurs glacées des océans, n’avaient survécu que quelques mois.

Un bébé Chimère du Pacifique, à Planet Ocean
Un bébé Chimère du Pacifique, à Planet Ocean - Planet Ocean Montpellier

« On a fait un gâteau ! »

« Au fil de nos recherches, nous avons réussi, petit à petit, à adapter nos conditions d’incubation de ces œufs, de façon à ce que les bébés puissent survivre longtemps, explique Nicolas Hirel, le conservateur de Planet Ocean. Nous avons travaillé sur l’éclairage, la température, le placement des œufs… Nous avons également ouvert un forum, avec des collègues du monde entier, pour apprendre de leurs expériences, et tenter de savoir quelles pistes il fallait explorer. » A force de persévérance, en mars dernier, neuf Chimères sur plusieurs dizaines nées en 2019 à Montpellier ont soufflé leur première bougie. « On a fait un gâteau, et une petite fête ! », sourit le conservateur.

Six d’entre elles ont aujourd’hui fêté leur un an et demi, elles sont toujours en pleine forme, et seront visibles dès les vacances de la Toussaint, dans leur aquarium, éclairé à 8 Lux. « A peine la lumière dégagée par une bougie située à plus de 20 mètres, poursuit Nicolas Hirel. Cela permet de continuer à bien les voir, sans que cela les perturbe. » Cette avancée va permettre de savoir comment les bébés « nagent, ou se nourrissent… Personne n’avait fait ses observations jusqu’ici », se réjouit le conservateur.

Un bébé Chimère du Pacifique se nourrit, à Planet Ocean
Un bébé Chimère du Pacifique se nourrit, à Planet Ocean - Planet Ocean Montpellier

Les Chimères du Pacifique, deux mâles et deux femelles, qui vivent à Planet Ocean depuis plusieurs années, ne sont pas nées en captivité, mais ont été pêchées dans leur milieu naturel. Ils ont désormais un peu de compagnie. Des investigations (complexes) ont par ailleurs été lancées, avec des chercheurs de l’université de Montpellier, pour tenter de savoir parmi eux qui sont les parents des bébés Chimères champions du monde.

« C’est compliqué, car le génome de la Chimère du Pacifique n’a pas encore été décrypté, note Nicolas Hirel. Cependant, en janvier, le génome d’une autre espèce de Chimère, qui pourrait être proche de celle du Pacifique, a été décrypté. »