Lyon : Avec « Cycling4planet », Antoine Abou s’est lancé dans un périple européen de 7.000 km en vélo électrique

AVENTURE Le Lyonnais de 22 ans vient notamment de passer deux semaines à Bruxelles, où il a effectué plusieurs interviews d’ingénieurs sur « la passionnante question de l’hydrogène »

Jérémy Laugier

— 

Antoine Abou vient de quitter Bruxelles, où il a interviewé plusieurs personnes travaillant dans l'environnement.
Antoine Abou vient de quitter Bruxelles, où il a interviewé plusieurs personnes travaillant dans l'environnement. — Antoine Abou
  • A 22 ans, Antoine Abou s’est lancé un sacré défi : parcourir seul l’Europe pendant neuf mois en vélo électrique, avec un objectif de 7.000 km.
  • Une aventure que le Lyonnais agrémente d’interviews de nombreux « acteurs du changement environnemental ».
  • Antoine Abou, qui sort de deux semaines à Bruxelles, confie notamment à 20 Minutes son attrait pour la question de l’hydrogène.

« Tu fais 7.000 bornes en vélo donc je peux bien t’accorder 20 minutes de mon temps. » Depuis trois semaines, Antoine Abou est comblé d’entendre si souvent cette réplique dans sa quête d’interviews. Ce Lyonnais de 22 ans s’est en effet lancé dans une drôle d’aventure, le 20 septembre, en entamant seul depuis Paris un tour d’Europe d’au moins neuf mois et 7.000 km en  vélo électrique « pour la planète ». Antoine Abou, qui n’a selon lui « rien d’un militant écologiste », a trouvé dans ce projet le moyen d’occuper une année blanche, entre une licence de droit et son rêve d’intégrer à la prochaine rentrée un master en entreprenariat à HEC Paris.

« J’ai ressenti l’envie d’effectuer un travail de fond avec des interviews d’acteurs du changement environnemental dans toute l’Europe », explique-t-il. Le jeune Rhodanien a depuis ciblé ses recherches sur les problématiques « complexes et passionnantes » de l’hydrogène, qu’il veut « retranscrire au mieux au grand public français ».

View this post on Instagram

Rencontre avec le syndicat mixte des transports Artois-Gohelle qui a remplacé une partie de leur flotte en véhicules à hydrogène. Ces bus ne rejettent que de l’eau. L’hydrogène est un secteur en plein boom. Pour la première fois les pouvoirs publiques investissent des milliards pour déployer cette technologie qui va permettre de decarbonner certains secteurs. L’hydrogène est passionnant et je vais essayer d’aller à la rencontre des acteurs en Europe. Je vous expliquerai ce qu’est l’hydrogène et pourquoi on a enfin reconnu son utilité. Vous verrez comment on produit de l’hydrogène, quels sont les inconvénients et les difficultés de sa mise en place. Vous comprendrez aussi pourquoi l’hydrogène est incontournable si on veut réussir à réduire nos émissions de CO2 et limiter le réchauffement climatique. On ira voir ensemble des utilisations concrètes comme dans des bus (ci-dessus) dans des flottes de Taxi ou encore des bateaux. Pour ceux que ça intéresse particulièrement, car il s’agit vraiment d’un marché naissant (malgré qu’on connaisse la technologie depuis des centaines d’années), je réalise des podcasts. J’ai eu l’occasion de rencontrer Bart Biebuyck directeur exécutif du pôle hydrogène à la commission européenne (Anglais) ou encore Nicolas Brahy directeur général de l’association de l’hydrogène en Europe (Français). Podcast : https://anchor.fm/for-planet-u2014-hydrogen ⚠️ Je continuerai de poster tous les 3 jours des initiatives de tous secteurs.

A post shared by @ cycling4planet on

« Une grosse prospection sur LinkedIn à Bruxelles »

Avec déjà une quinzaine d’entretiens et cinq podcasts à son actif, régulièrement postés sur son compte Instagram créé pour l’occasion (2.400 abonnés), son aventure Cycling4Planet répond à toutes ses attentes. Et ce notamment grâce à « une première destination parfaite » à Bruxelles, où il a passé deux semaines avant de repartir lundi pour Anvers, avec 810 km au compteur jusque-là.

En Belgique, j’ai commencé une grosse prospection sur LinkedIn en indiquant "hydrogène" dans la barre de recherches. Je me suis notamment vite retrouvé à monter dans une voiture à hydrogène de la commission européenne grâce au directeur exécutif du secteur des piles à combustible là-bas. »

S’enchaînent de nombreuses rencontres marquantes pour Antoine Abou : « Je me suis régalé en échangeant pendant 2h30 avec un ingénieur de Toyota sur cette question des piles à combustible. Un autre ingénieur de la commission européenne m’a même laissé conduire son véhicule à hydrogène, avant de me prêter son appart pour le week-end puis celui de sa belle-mère pour la semaine suivante ». Car le Lyonnais constate que son challenge en deux-roues suscite la sympathie de partout.

« Je ne compte pas payer un seul logement »

« Ça fait marrer beaucoup de monde de découvrir que je compte vraiment effectuer 7.000 km en vélo. » Certes, il s’agit d’un vélo électrique, fourni par son partenaire B2 eBike (Lyon 9e), mais Antoine doit composer avec 60 kg d’équipements, dont trois batteries, une tente et un sac de couchage. Il a récolté 2.500 euros pour son périple via une campagne participative faite auprès de ses proches. Il se fixe rigoureusement « 7 euros de dépenses au total par jour ». « Je n’ai jamais payé un logement jusque-là et je ne compte pas en payer », sourit celui qui, outre ses interviews environnementales, publie sur les réseaux sociaux ses aventures, quelque part entre Bref et Nus et culottés.

A sa grande surprise, l’une de ses vidéos sur TikTok a été vue 550.000 fois. La suite devrait amener le Lyonnais à Rotterdam, Amsterdam, Oslo, Stockholm, Copenhague et Berlin. Il pourrait vite apprécier son duvet protégeant jusqu’à -30 °C, ainsi que la possibilité de recevoir des pneus cloutés pour son vélo en cas de neige dans les prochains mois. « Mais rien n’est vraiment organisé, je me laisse porter par l’hydrogène et par mon envie de découvrir comment le monde fonctionne. Si je vais trop vite, je vais regretter de finir mon voyage trop tôt. »

Retrouvez le projet Cycling4planet d’Antoine Abou sur Instagram, TikTok et Facebook.