Bretagne : Ce fabricant de chocolat va transporter son cacao sur un étonnant voilier

INITIATIVE Implantée à Morlaix, la société Grain de Sail a mis au point un voilier cargo qui prendra bientôt la mer

Camille Allain avec AFP

— 

Le voilier cargo de la société Grain de Sail va traverser l'Atlantique pour transporter du cacao jusqu'en Bretagne.
Le voilier cargo de la société Grain de Sail va traverser l'Atlantique pour transporter du cacao jusqu'en Bretagne. — Fred Tanneau / AFP
  • Installée à Morlaix, la société Grain de Sail produit du chocolat et du café.
  • Elle a mis au point un voilier cargo permettant de transporter son cacao en limitant son empreinte carbone.
  • Le bateau prendra la mer depuis le port de Saint-Malo pour rejoindre New York avec du vin à son bord. 

Ils avaient envie de prouver que le transport à la voile avait un avenir, à une époque où les mers sont chevauchées par des porte-conteneurs de près de 400 mètres de long. Mais pour transporter quoi ? Il y a sept ans, deux frères originaires de Bretagne se sont lancés dans la torréfaction de café, avant de se concentrer sur la fabrication de chocolat. Leur entreprise baptisée Grain de Sail touche désormais du doigt son but ultime. D’ici quelques jours, elle traversera l’Atlantique à bord de son voilier cargo de 22 mètres de long pour rejoindre la République Dominicaine, son principal fournisseur de cacao. « D’une idée qui peut paraître utopique on a fait une entreprise qui marche », se félicite Olivier Barreau, actionnaire principal de Grain de Sail.

Implantée à Morlaix, dans le Finistère, l’entreprise emploie une trentaine de personnes et en fait travailler vingt autres porteuses de handicap. En pleine crise sanitaire, la société s’offre le luxe d’afficher un chiffre d’affaires de cinq millions d’euros, en augmentation de 55 % par rapport à l’année dernière. C’est grâce aux ventes de café mais surtout de chocolat, qui représentent 90 % du chiffre d’affaires, que Grain de Sail a pu financer la construction de son voilier unique au monde. « On a toujours su que ce serait faisable, même si on a pris du retard », assure Stefan Gallard, directeur marketing de l’entreprise.

Jacques et Olivier Barreau ont fondé la société Grain de Sail, qui fabrique du chocolat et du café.
Jacques et Olivier Barreau ont fondé la société Grain de Sail, qui fabrique du chocolat et du café. - Fred Tanneau / AFP

La conception de ce navire hors du commun aura coûté deux millions d’euros pour lui permettre de transporter cinquante tonnes de marchandises uniquement à la force du vent. Il faudra quatre à cinq semaines au navire pour traverser l’Atlantique. Les quatre salariés qui effectueront cette première traversée depuis Saint-Malo savent déjà que leur voilier sera trop petit pour permettre à la société de gérer ses approvisionnements en cacao et en café, les besoins de Grain de Sail étant en pleine croissance. Un deuxième voilier, plus grand, est déjà en projet et la chocolaterie va voir sa capacité de production doubler dans les mois qui viennent. « Plus on aura de capacité à transporter, plus on pourra réduire le surcoût de la traversée », explique le directeur marketing de l’entreprise. Aujourd’hui, ce surcoût est estimé à 10 centimes par tablette de chocolat, vendue moins de trois euros.

Pour ne pas voyager à vide, le bateau sera rempli à l’aller de 14.000 bouteilles de vin français qui seront revendues à New York. A terme, Grain de Sail aimerait installer une chocolaterie dans la mégalopole américaine mais aussi à Dunkerque, pour alimenter le marché du nord de la France. « Nous voulons à tout prix limiter nos émissions de carbone. Si nous voyageons à la voile mais que nous mettons des camions sur toutes les routes, cela n’a pas de sens ». En attendant de pouvoir produire ailleurs, la société a stoppé l’extension de sa zone géographique. Mais pas ses ambitions.

D’autres initiatives dans l’Ouest

Plusieurs entreprises en France planchent sur des projets de voiliers cargo, telles que les Nantaises Neoline et Zéphyr et Borée ou la finistérienne TOWT, qui transporte depuis 2011 des marchandises sur des vieux gréements et a lancé en juillet un appel d’offres pour la construction d’ici 2024 de quatre voiliers cargos de 70 mètres de long.