Kamtchatka : Des polluants retrouvés dans l’eau, la Russie ouvre une enquête

POLLUTION Depuis plusieurs jours, des quantités impressionnantes d’animaux marins morts s’échouent sur les plages et les habitants de la région tombent malades

20 Minutes avec agences

— 

De nombreux animaux marins ont été retrouvés morts sur les côtes du Kamtchatka.
De nombreux animaux marins ont été retrouvés morts sur les côtes du Kamtchatka. — Anna Strelchenko/TASS/Sipa USA/SIPA

La Russie a ouvert ce mercredi une enquête après la mort massive d’animaux marins et des problèmes de santé d’habitants vivant dans la péninsule du Kamtchatka. Ce désastre sanitaire a confirmé la présence de polluants dans les eaux côtières.

Le Comité d’enquête a annoncé avoir débuté des investigations pour « violation des règles de gestion des substances et déchets dangereux pour l’environnement » et « pollution marine ». Les premiers échantillons ont révélé la présence d’un « polluant dont la consistance est proche du pétrole industriel ou d’une autre substance contenant des composants huileux », indique le Comité.

Greenpeace mène sa propre enquête

Le Comité va examiner « toutes les sources possibles » de pollution, dont « les territoires des décharges adjacentes […] où des pesticides sont enterrés ». Greenpeace va aussi mener sa propre enquête. L’ONG a indiqué ce mercredi avoir prélevé des étoiles de mer et des oursins pour les faire analyser.

« Les substances nocives qui les ont empoisonnés doivent rester dans les tissus de leurs organismes », selon le biologiste Vladimir Rakov, cité par l’ONG. L’eau de l’océan se renouvelant rapidement, il est « peu probable d’y trouver quoi que ce soit » selon le spécialiste.

Une décharge abandonnée au cœur du problème ?

Quelles que soient les causes de cette pollution, la décharge de Kozelski est un problème, selon le gouverneur du Kamtchatka. Il avait déjà affirmé que cette décharge, fermée depuis 2010, était la source la plus « évidente » du sinistre. Selon Greenpeace, environ 108 tonnes de pesticides sont entreposées sur ce site.

Depuis plusieurs jours, des habitants de la péninsule ont observé la présence de très nombreux animaux marins morts sur les plages de l’Océan pacifique et souffrent eux-mêmes de brûlures et de vomissements au contact de l’eau. Les autorités ont d’abord nié tout problème environnemental avant d’ouvrir une enquête.