Côte d’Ivoire : Des étudiants proposent des solutions contre la déforestation

INNOVATION Trois groupes d’élèves ont été distingués au terme de la compétition « Côte d’Ivoire, pays vert, puits de carbone »

20 Minutes avec agences

— 

La Côte d'Ivoire rafle 40 % du marché mondial de cacao, qui est responsable de la déforestation du pays.
La Côte d'Ivoire rafle 40 % du marché mondial de cacao, qui est responsable de la déforestation du pays. — CRISTINA ALDEHUELA / AFP

Des étudiants ivoiriens ont présenté ce dimanche des projets pour lutter contre la déforestation en Côte d’Ivoire, pays d’Afrique de l’ouest qui a perdu la quasi-totalité de ses forêts en un demi-siècle. Premier producteur mondial de cacao avec 40 % du marché, il comptait 16 millions d’hectares de forêts dans les années 1960. Une superficie qui a fondu à deux millions d’hectares, selon les chiffres officiels, principalement à cause du développement des plantations de cacao.

Appuyé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le ministère ivoirien des Eaux et Forêts avait initié, début septembre, une compétition sous le thème : « Côte d’Ivoire, pays vert, puits de carbone », destinée aux étudiants des grandes écoles et universités. Cent quatorze étudiants répartis en 12 groupes devaient trouver « des solutions innovantes et appropriées pour prévenir et lutter contre la déforestation mais également pour reforester la Côte d’Ivoire ».

Le ministre « s’approprier [a] les solutions proposées »

Trois groupes ont été distingués au terme de cette compétition dont le résultat a été diffusé ce dimanche. Arrivé en tête, le groupe « Make It Green » (Rendre verte la Côte d’Ivoire) a proposé la conception de drones adaptés à la surveillance et à l’étude des sols, au suivi de la cartographie forestière, à l’ensemencement et au transport rapide de produits phytosanitaires.

Le groupe « Citoyen Vert », arrivé deuxième, a proposé une application mobile de surveillance des aires protégées qui alerte instantanément les structures de surveillance et localise les lieux de violation de ces espaces. Le troisième, le groupe « Impact Team », a présenté un projet visant à la production de charbon à base de coques de cacao, avec pour objectif de réduire l’usage du bois de chauffe et de permettre aux paysans de se constituer une source de revenus additionnelle.

Le ministre ivoirien des Eaux et Forêts, Alain Richard Donwahi, a promis de « s’approprier les solutions proposées », rappelant que la nouvelle politique forestière ivoirienne vise à recouvrer « six millions d’hectares en 2030, soit 20 % du territoire national et un accroissement de 3 millions d’hectares de forêts ». La Côte d’Ivoire a présenté en août sa première « armée verte », une brigade de 650 soldats pour lutter contre la déforestation et la criminalité forestière.