VIDEO. Bretagne : L214 s’invite chez un éleveur de lapins pour faire pression sur l’élevage en cage

ANIMAUX L’association a filmé l’intérieur d’une exploitation géante située à Augan, dans le Morbihan

C.A.
— 
Un élevage de lapins situé à Augan, dans le Morbihan, a été filmé par l'association L214.
Lancer le diaporama
Un élevage de lapins situé à Augan, dans le Morbihan, a été filmé par l'association L214. — L214

Les images ne sont pas les plus trash que l’association ait produites. Avec sa nouvelle vidéo tournée en Bretagne, L214 espère avant tout « sensibiliser » à l’élevage en cages et faire pression sur les députés qui évoqueront ce jeudi une proposition de loi en commission des affaires économiques. Porté par le groupe Écologie Démocratie Solidarité présidé par le député du Maine-et-Loire Matthieu Lorphelin, le texte vise une sortie de l’élevage intensif et de l’élevage en cage d’ici 2040. Pour tenter de convaincre du bien-fondé de cette proposition, l’association de protection animale a eu recours à son arme préférée : la vidéo.

Tournées fin août dans un élevage intensif de lapins d’Augan, dans le Morbihan, les images montrent les conditions de vie de milliers d’animaux enfermés dans des cages. D’après L214, « plus de 40.000 lapins y sont enfermés sur un sol grillagé » soit une structure « six fois plus grosse que la moyenne nationale ». Et c’est à ce gigantisme que l’association veut s’attaquer en montrant l’immensité d’un hangar sans lumière où les animaux sont entassés. L’objectif est assumé : « que les députés aient en tête la réalité de l’élevage intensif pour les animaux qui le subissent », fait savoir Sébastien Arsac, l’un des porte-parole de l’association.

Une autre exploitation visée dans la commune

En 2014, une vidéo tournée dans la même commune avait fait scandale. Les images de lapins mutilés ou agonisants avaient heurté l’opinion. Des agriculteurs du coin avaient manifesté leur soutien à leur collègue incriminé et une enquête avait été menée. Les contrôles sanitaires menés par la préfecture du Morbihan s’étaient révélés « conformes aux règles relatives à l’environnement et à la protection des animaux ». L’exploitation a depuis fermé ses portes.

Les vidéos en caméra cachée réalisées par L214 sont formellement condamnées par la profession agricole​. « Ces gens-là sont des extrémistes », dénonçait récemment le président de la chambre d’agriculture de Bretagne Loïc Guines. « Il y a des services de l’État pour contrôler. Les intrusions dans les exploitations font mal. On se sent salis, attaqués et impuissants. C’est intolérable ». Le patron des paysans bretons avait d’ailleurs rappelé son attachement à « toutes les formes d’agriculture », estimant que les filières conventionnelles « ont un avenir », et que « l’industrie a besoin d’œufs de poules en cage ». Un avis que ne partage pas l’association de protection animale.