Toulouse : Sur les ramblas, un arbre à micro-algues pour absorder la pollution et recycler l'air

ENVIRONNEMENT Ce dispositif fonctionne avec des micro-algues qui permettent notamment de séquestrer les polluants et purifier l'air

Béatrice Colin

— 

Le dispositif expérimental Arbre Algal est installé sur les allées Jean-Jaurès.
Le dispositif expérimental Arbre Algal est installé sur les allées Jean-Jaurès. — B. Colin / 20 Minutes
  • Une start-up toulousaine a déployé sur les allées Jean-Jaurès « l’arbre Algal », un dispositif expérimental pour lutter contre la pollution.
  • Cette structure fonctionne avec des micro-algues et permet de purifier l’air.

S’il n’a pas vraiment la tête d’un arbre, il en a la fonction. Les Toulousains ont vu pousser ces derniers jours un drôle de mobilier urbain sur les allées Jean-Jaurès. En y regardant de plus près, ce qui pourrait passer pour une colonne design est en fait un dispositif innovant. L’arbre Algal est une expérimentation dont l’objectif est de lutter contre le réchauffement climatique et la pollution, grâce à des micro-algues que l’on peut voir bouillonner.

« Les micro-algues ont la capacité de séquestrer le carbone. Dans ce dispositif pilote, l’air est aspiré par le bas, il remonte en fine bulle et c’est là qu’il se mélange avec les micro-algues. Elles captent les polluants et les particules de dioxyde de carbone et les transforment en oxygène, c’est la photosynthèse. Ensuite l’air purifié est rejeté », détaille Vinh Ly, le président-fondateur de la start-up Kyanos qui a créé l’arbre installé au moins jusqu’au printemps.

Selon les calculs de cette société spécialisée dans les micro-algues, cet arbre devrait pouvoir traiter et purifier 200.000 m3 d’air par an. Il serait aussi en capacité de séquestrer autant de carbone que 100 arbres, soit les émissions produites sur 10.000 km par une voiture neuve, soit une tonne de CO2.

« Nous avons prévu de planter 100.000 arbres dans les dix ans à venir »,

Mais comme il s’agit d’un dispositif pilote, des capteurs vont être déployés sur les ramblas pour confirmer l’efficacité du système et le déployer à plus grande échelle.

« Il est important de poursuivre ce qui relève de l’innovation combinée avec l’écologie en ville. Il y a quelque temps nous avons inauguré la canopée urbaine pour lutter contre les îlots de chaleur. Nous avons aussi prévu de planter 100.000 arbres dans les dix ans à venir », explique de son côté Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole qui soutient l’arbre Algal dans le cadre de la Smart City.

Le projet a aussi recueilli l’avis des riverains qui l’ont fait évoluer. En demandant par exemple qu’il soit habillé de bancs en bois ou que des plantes, nourries par les micro-algues, l’ornent.