Cannabis thérapeutique : Une filière « made in France » pourrait-elle voir le jour ?

GANJA De nombreuses entraves mettent à mal la mise en place d’une filière française de cannabis thérapeutique, qui attend toujours les autorisations pour sa commercialisation en France

Emilie Petit

— 

Bientôt une filière de cannabis médical « made in France » ? — 20 Minutes

Ça pourrait être une petite révolution. Ce mercredi, la mission parlementaire sur les différents usages du cannabis présente son rapport d’étape sur le cannabis thérapeutique, alors que l’expérimentation, prévue en septembre, a été repoussée en janvier 2021. Cette dernière avait pourtant été votée, à l’Assemblée nationale, en octobre 2019.

« Ça fait deux ans qu’on est prêt », assure Jouany Chatoux. Cet agriculteur de la Creuse est devenu, en l’espace de quelques années seulement, LE spécialiste de la culture du cannabis médical. Depuis 2018, il se prépare à sa commercialisation, et cultive d’ores et déjà entre dix et 15 hectares de cannabis. Attention, rien d’illégal ici ! Il s’agit de chanvre industriel non transformé dont le taux de THC ne dépasse pas les 0,2 % et dont l’itinéraire cultural est fait pour faire de la fleur.

Des autorisations qui se font désirer

« Il faut savoir que les revenus des agriculteurs dans le Massif Central sont les plus bas de France. On peine à vivre de nos productions animales. Donc moi, ce qui m'intéressait, c'était d'avoir un complément de revenu. Mais aussi de pouvoir, avec cette culture, apporter un peu plus de confort aux malades», explique-t-il.

Le hic ? Pour l’heure, il est toujours interdit de produire du cannabis thérapeutique en France, et d’utiliser les sommités fleuries (la fleur du cannabis). « Pour l’instant, on n’est pas dans la thérapeutique, mais plutôt dans le complément alimentaire, la plante aromatique et médicinale. Mais si demain, on nous donne les autorisations, le temps de faire les travaux, ça peut créer vingt à trente emplois, argue-t-il. Et d’ici deux ans, on peut avoir une centaine d’emplois rien que pour le site ! ».

Un « scandale sanitaire » ?

Epaulé par le président de la communauté d’agglomération du Grand Guéret et conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine, Eric Correia, dans le cadre du « Plan particulier pour la Creuse », l’agriculteur attend avec impatience le feu vert des instances pour pouvoir commercialiser son chanvre. « Ça a été acté par le premier ministre dans le cadre de ce plan départemental, mais on n’a toujours pas les autorisations. Franchement, c’est presque un scandale sanitaire, s’emporte-t-il. Quand on pense au nombre de personnes malades que l’on pourrait soulager… C’est fou que ça prenne autant de temps ».

Et pour cause : plus de 3.000 patients attendent la mise en place de cette expérimentation de cannabis médical qui pourrait soulager des douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies, des formes d’épilepsies sévères et pharmaco résistantes, certains cancers, ou encore la sclérose en plaques.

La thérapeutique face au récréatif

A terme, Jouany Chatoux craint surtout que les produits commercialisés dans le cadre de cette expérimentation, puis si cette dernière est validée, proviennent de filières étrangères. Ce qui est le cas, aujourd’hui, des produits à base de chanvre et de CBD vendus en France. « Les agriculteurs français n’ayant pas le droit de transformer le chanvre et de le commercialiser, pour le moment, tous ces produits proviennent d’autres pays. Et le risque, c’est que ça reste comme ça par la suite », explique-t-il

Le Creusois, déjà auditionné il y a quelques mois par la mission parlementaire pour son expertise dans la culture du cannabis thérapeutique, le sera une seconde fois le 23 septembre. L’objectif : la mise en place d’une filière cannabis thérapeutique et bien-être made in France.

La France est l’un des derniers pays d’Europe à traîner les pieds pour légaliser le cannabis médical, et à choisir de  durcir sa législation quant à la consommation de cannabis pour un usage récréatif. Pourtant, en 2018, l’OMS a proposé de retirer le cannabis de la catégorie des substances aux « propriétés particulièrement dangereuses ».

Cannabis thérapeutique: Qu'est-ce que c'est?