Toulouse: Grâce à une balise, un rapace miraculé révèle les secrets de son étonnante migration

BIODIVERSITE Depuis plus d’un an, les déplacements de Tille, un milan noir, sont suivis par satellite ce qui permet d’en savoir plus sur son trajet migratoire et son comportement

Julie Rimbert

— 

Après avoir été soigné à la clinique de l'Ecole vétérinaire de Toulouse, Tille a repris son envol en mai 2019.
Après avoir été soigné à la clinique de l'Ecole vétérinaire de Toulouse, Tille a repris son envol en mai 2019. — Xerius Tracking
  • Criblé de plombs, ce milan noir a été soigné à l’Ecole vétérinaire de Toulouse puis équipé d’une balise par l’entreprise Xerius Tracking pour voir ses déplacements.
  • Il a déjà réalisé deux voyages migratoires vers l’Afrique en plus d’un an, en empruntant le même itinéraire.
  • L’oiseau se nourrit dans des décharges et serait originaire de Montauban.

Ses pérégrinations sont suivies à la trace ! Depuis le mois de mai 2019, Tille, un milan noir soigné à la clinique des nouveaux animaux de compagnie et de la faune sauvage de l’ école vétérinaire de Toulouse, est repéré quotidiennement grâce à une balise solaire de la société toulousaine Xerius Tracking.

Grâce au GPS installé sur le dos de ce rapace relâché dans la nature après avoir été criblé de plombs, les scientifiques et l’entreprise spécialiste du tracking de la faune sauvage ont enrichi leurs connaissances sur la migration et le comportement de cette espèce protégée. Après avoir effectué une première migration vers l’Afrique en 2019, Tille est revenu en Occitanie ce printemps avant de repartir vers les contrées africaines au mois d’août.

Trajectoire similaire des migrations

« Il devrait atteindre le Mali d’ici lundi car il est actuellement en Mauritanie, à 365 km de son point d’arrêt de sa migration en 2019, détaille Virginie Périlhon-Delepoulle, responsable du projet chez Xerius Tracking. C’est impressionnant de voir qu’il emprunte le même trajet que l’an passé, à six kilomètres près. Il a mis environ trois semaines pour rallier l’Afrique, un périple qui n’est pas sans danger avec la chasse ou le survol des pays en guerre ».

Tous les matins, la responsable suit le trajet de l’oiseau, grâce aux données satellites de la balise. Ces dernières sont d’ailleurs en open source afin de permettre aux scientifiques de suivre sa migration. L’an dernier, Tille a traversé les Pyrénées en juillet, puis l’Espagne, le Maroc, la Mauritanie, le Mali pour achever son voyage en Guinée. Pour son vol de retour vers la France, il a emprunté la même route en avril 2020 mais en passant plus près des côtes.

Opportuniste dans les décharges

« Comme Tille a encore du plomb dans le corps, on s’interrogeait sur l’impact sur son orientation mais apparemment tout va bien, confie Virginie Périlhon-Delepoulle. On pensait aussi que ce milan noir pouvait être originaire de Suisse mais on a constaté lors de son retour de migration qu’il venait plutôt de la région de Montauban. Durant le confinement, il est même resté plusieurs jours au-dessus d’une décharge sauvage où il se nourrissait, de façon opportuniste, avec une cinquantaine d’autres milans ».

Depuis mai 2019, Tille, le milan noir suivi par balise, a effectué deux migrations vers l'Afrique.
Depuis mai 2019, Tille, le milan noir suivi par balise, a effectué deux migrations vers l'Afrique. - Xerius Tracking

L’entreprise toulousaine suit de nombreux animaux, ce qui lui permet de tester la résistance et les capacités de ses balises. Une cigogne blanche va prochainement en être équipée pour étudier la trajectoire de sa migration et savoir si elle privilégie le passage par le Mali ou la Somalie.