20 Minutes : Actualités et infos en direct
ETUDEUn arbre fossilisé vieux de 10 millions d'années découvert au Pérou

Pérou : Un arbre fossilisé vieux de 10 millions d'années découvert dans la cordillère des Andes

ETUDECette découverte réalisée sur le plateau andin central remet en question une partie de ce que les spécialistes pensaient savoir du climat de l’époque
L'arbre découvert au Pérou est vieux de 10 millions d'années (photo d'illustration).
L'arbre découvert au Pérou est vieux de 10 millions d'années (photo d'illustration). - jillmackie / Pixabay
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Un arbre fossilisé vieux de 10 millions d’années a été découvert au Pérou par des scientifiques du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI). L’expédition a eu lieu sur le plateau andin central, aussi connu sous le nom d’Altiplano. Les chercheurs ont publié leurs résultats dans la revue Science Advances.

Cet arbre se trouvait enfoui dans une plaine froide et herbeuse. Sa découverte remet en question ce que les spécialistes pensaient savoir sur le climat de cette époque.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Un écosystème plus humide qu’aujourd’hui

« Cet arbre et les centaines d’échantillons de bois fossile, de feuilles et de pollen que nous avons collectés lors de l’expédition, révèlent que lorsque ces plantes étaient vivantes, l’écosystème était plus humide – encore plus humide que les modèles climatiques du passé ne l’avaient prédit », a expliqué dans un communiqué relayé par Geo Camila Martinez, une des scientifiques du STRI.

Selon les chercheurs, l’arbre fossilisé a une anatomie très proche de celle des arbres peuplant les forêts tropicales de basse altitude. A l’époque, le plateau sur lequel se trouvait l’arbre se situait à 2.000 mètres d’altitude alors qu’il culmine aujourd’hui à 4.000 mètres.

« L’altitude et la végétation ont changé radicalement sur une période de temps relativement courte, ce qui soutient une hypothèse qui suggère que le soulèvement tectonique de cette région s’est produit par impulsions rapides », a déclaré Carlos Jaramillo, chef de projet au STRI. Désormais, les chercheurs vont tenter de comprendre un peu mieux la relation entre la montée des Andes, les climats locaux et la végétation.

Sujets liés