Cannes : La ville va installer une signalétique d’évacuation en cas d’alerte tsunami, une première

RISQUES Le 16 octobre 1979, la Côte d’Azur avait été frappée par un tsunami qui avait tué onze personnes

Fabien Binacchi

— 

Plusieurs affichages étaient soumis à l'appréciation des badauds ce mardi
Plusieurs affichages étaient soumis à l'appréciation des badauds ce mardi — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Des cheminements du littoral vers des « refuges » seront installés d’ici l’été prochain, annonce la mairie.
  • Ce mardi, les visiteurs étaient invités à donner leur avis sur plusieurs affichages.

« Des tsunamis à Cannes ? Ça peut vraiment arriver ? » En voyant les autocollants apposés sur le bitume de la cité des festivals, ce mardi, cette vacancière du Morbihan s’est franchement inquiétée. Mais, oui, « le risque existe bien », rappelle le maire de la ville, première de métropole à expérimenter une signalétique d’évacuation en cas de vagues dévastatrices. « Un glissement de terrain sous-marin près des côtes algériennes pourrait entraîner des vagues de 3 m ici », appuie David Lisnard (LR).

Toute la journée, la municipalité a recueilli l’avis des badauds sur différents types d’affichages, qui seront ensuite installés sur plusieurs axes de la ville, menant du littoral jusqu’à des « refuges », en cas d’alerte.

En sécurité « à plus de 5 m du niveau de la mer »

« Une cartographie va être établie pour que chacun puisse savoir où se situent ces zones, à plus de 5 m du niveau de la mer, les plus proches », précise Yannick Ferrand, directeur prévisions et gestion des risques majeurs à la mairie de Cannes. Le cheminement testé ce mardi partait du Vieux-Port de Cannes pour se terminer jusqu’à la gare SNCF du centre-ville, identifiée comme une des refuges de la ville. Le Suquet, la plus ancienne partie de la ville, en hauteur, « sera également l’une des zones conseillées », indique ce responsable.

Fortement mobilisée sur la prévention des risques, notamment depuis les inondations meurtrières de 2015, la ville de Cannes avait déjà organisé un exercice d’évacuation en cas d’alerte tsunami en 2018. « Selon les spécialistes, un séisme en mer provoquerait une vague dévastatrice pour le littoral, notamment parce qu’elle serait formée de nombreux tourbillons avec beaucoup de courants, précise encore David Lisnard. Les gens sur les plages, mais aussi les plaisanciers dans les ports seraient en premières lignes. »

Des vagues jusqu’à 4 m par endroits

Le 16 octobre 1979, la Côte d’Azur avait été frappée par un tsunami. Ce jour-là, une vague provoquée par un affaissement de terrain sur un chantier au sud de l’aéroport de Nice tuait onze personnes.

Selon l’experte Laurie Boschetti du laboratoire Geoazur, la Côte d’Azur est exposée au risque et notamment à cause de la faille Ligure située entre 20 et 30 km du littoral, qui s’étend sur 80 km de long face à l’Italie. Avec une rupture totale de cette faille, les vagues pourraient atteindre 4 m par endroits, expliquait-elle en fin d’année dernière à 20 Minutes.