Bouches-du-Rhône : Un mégot de cigarette probablement à l'origine de l'incendie de Vitrolles

INCENDIE L’incendie qui a brûlé trente hectares à Vitrolles ce dimanche serait dû à un mégot de cigarette. Un « acte criminel », selon les pompiers

Mathilde Ceilles
— 
Illustration d'une cigarette.
Illustration d'une cigarette. — SUNSHINE INTERNATIONAL / SIPA

Le colonel Grégory Allione parle avec une colère qui lui est inhabituelle. Tout l’après-midi, ce dimanche, ses soldats du feu ont ardemment lutté contre un incendie qui s’est déclaré à Vitrolles​, dans les Bouches-du-Rhône, dans une zone en bordure de l’autoroute A7. « C’est un mégot de cigarette, j’en suis quasi certain », s’agace le directeur départemental du service d’incendie et des secours des Bouches-du-Rhône. L’incendie a ravagé près de 30 hectares, dans un endroit où un pompier avait déjà perdu la vie il y a une dizaine d’années.

Or, dans cette zone très fréquentée, tout proche de la bande d’arrêt d’urgence, aucun véhicule en stationnement n’a été repéré. Un acte que le colonel, également président de la fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, qualifie de criminel. « Comment appeler cela quand un jet de mégot de cigarette peut mettre en danger 300 pompiers et 250 personnes ? Vous imaginez les conséquences ? »

Par chance, ce dimanche, aucun blessé ou dégât lourd n’est à déplorer, malgré une situation à risque due à une absence de pluie depuis 80 jours. Peu de temps après la conférence de presse donné par le colonel sur ce feu à Vitrolles, un autre incendie, de plus grande ampleur​, s’est déclaré à quelques kilomètres de là, à Istres.