Arctique : La banquise fond plus vite que prévu, s’alarment des chercheurs

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le rythme de l’augmentation des températures est en fait plus soutenu que ne l’imaginaient toutes les modélisations scientifiques faites jusque-là

20 Minutes avec agences

— 

Une banquise qui fond. Illustration.
Une banquise qui fond. Illustration. — Taken

En Arctique, la banquise fond plus vite que les scientifiques ne le prédisaient, ont averti ce mardi des chercheurs de l’Université de Copenhague. « Nous avons clairement sous-estimé le taux d’augmentation de la température au plus proche du niveau de la mer », a expliqué Jens Hesselbjerg Christensen, professeur de climatologie, dans un communiqué.

Selon l’étude, publiée fin juillet dans la revue Nature, la hausse exceptionnelle de la température observée actuellement dans l’Arctique ne trouve de précédent que lors du dernier âge de glace. A cette époque, les températures ont augmenté plusieurs fois, entre 10 et 12 degrés, sur une période de 40 à 100 ans.

Une fonte des glaces irrémédiable ?

Jusqu’ici, les chercheurs fondaient leurs prévisions sur une hausse stable et lente des températures en Arctique. Mais la nouvelle étude montre que le rythme de l’augmentation est plus soutenu. « Les changements se produisent si rapidement en été que la banquise est susceptible de disparaître plus vite » que les modèles climatiques ne le prédisaient, prévient Jens Hesselbjerg Christensen.

Selon une récente étude britannique, la fonte des glaces au Groenland devrait relever le niveau de la mer de 10 à 12 cm d’ici 2100. D’autres chercheurs estiment que la fonte de la calotte glaciaire est irrémédiable. Selon eux, elle continuera à rétrécir « même si le réchauffement climatique s’arrête aujourd’hui », car les chutes de neige ne compensent plus les pertes de glace.