La sécheresse extrême de 2018 et 2019 en Europe est appelée à se répéter, selon une étude

Climat Si rien n’est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les sécheresses connues en Europe en 2018 et 2019 auront plus de chances de se reproduire

20 Minutes avec AFP
— 
A cause de la sécheresse, cette année, i n'y a plus d'herbes dans les pâturages pour les bovins. Charente Saint Sulpice, France-
A cause de la sécheresse, cette année, i n'y a plus d'herbes dans les pâturages pour les bovins. Charente Saint Sulpice, France- — Jean Michel Nossant/SIPA

L’épisode record de sécheresse qui a frappé l’Europe deux étés consécutifs en 2018 et 2019 risque de se reproduire beaucoup plus souvent d’ici la fin du siècle, en raison du réchauffement de la planète, met en garde une étude publiée jeudi dans la revue « Scientific Reports »

Or selon l’étude, qui utilise des données remontant jusqu’en 1766, les sécheresses de 2018 et 2019 étaient déjà « sans précédent depuis 250 ans, et leur impact combiné sur la croissance des végétaux est plus forte que la sécheresse de 2003 ». En 2003, l’Europe avait été déjà frappée par une canicule et une sécheresse exceptionnelles, causant de graves dommages à l’agriculture.

Les sécheresses consécutives des années 1949-1950 sont classées deuxième, mais le territoire affecté avait été beaucoup moins étendu.

Des sécheresses de plus en plus probables

En raison des effets du dérèglement climatique, si rien n’est fait pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, un tel événement a sept fois plus de chances de se reproduire dans la deuxième partie du XXIe siècle.

Dans ce scénario, « les projections montrent aussi que les zones agricoles affectées à travers l’Europe centrale seraient presque multipliées par deux », pour atteindre 40 millions d’hectares de cultures, a indiqué à l’AFP l’un des auteurs, Rohini Kumar, du centre de recherche sur l’environnement Helmholtz en Allemagne.

En 2018-2019, la sécheresse avait touché plus de la moitié de l’Europe centrale, de la France à la Pologne, en passant par l’Italie ou l’Allemagne.

Moins de risques en cas de réduction des émissions de C02

Mais cette répétition serait sensiblement réduite, jusqu’à plus de deux fois, si le monde parvenait à réduire sensiblement les émissions de CO2, selon l’étude.

La survenue d’épisodes de sécheresses importants deux années consécutives est particulièrement problématique pour les végétaux qui ont besoin de temps pour se remettre de la chaleur et du manque d’eau.

Alors « il est urgent de reconnaître l’importance de ces événements persistants, et de développer un modèle complet pour modéliser les risques », insiste le chercheur.