Energies : Diminution historique du charbon au premier semestre 2020

ENVIRONNEMENT Le charbon n’a jamais été aussi fossile

J.-L.D. avec AFP

— 

Des centrales à charbon, illustration
Des centrales à charbon, illustration — Sergii Kharchenko/Sipa USA/SIPA

On partagera quasiment tous le constat, l’année 2020 n’est pour le moment pas la meilleure qu’on a connu dans nos petites vies. Voilà peut-être pour quoi on saute sur la première bonne nouvelle venue comme un Mbappé devant une balle de but. Coronavirus oblige, mais aussi grâce aux renforcements des restrictions, la capacité mondiale de production d’ électricité par les centrales à  charbon a reculé au premier semestre 2020 pour la première fois depuis que ses mesures sont enregistrées, selon une analyse du site britannique Carbon Brief.

« Cette année a été la première période au cours de laquelle plus de capacités de production d’électricité par combustion de charbon ont été retirées que mises en service », selon cette analyse, publiée lundi, basée sur les chiffres du Global Coal Plant Tracker de l’ONG américaine Global Energy Monitor (GEM).

Augmentation continue pendant plus de vingt ans

Du 1er janvier au 30 juin, de nouvelles centrales ont été mises en service pour un total de 18,3 gigawatts (GW) de capacité de production. A l’inverse, la fermeture de sites a représenté 21,2 GW, soit une diminution nette de la capacité de production mondiale de 2,9 GW, à 2.047 GW.

L’étude rappelle à titre de comparaison que « la capacité mondiale de production de charbon avait augmenté en moyenne de 25 GW tous les six mois au cours des deux décennies précédentes, de 2000 à 2019. » Cette baisse s’explique par la baisse de la demande en électricité liée à la pandémie et au renforcement des réglementations en matière de pollution, selon le rapport.

La Chine bonnet d’âne, l’Europe bonne élève

Le développement de nouvelles centrales thermiques est principalement concentré en Chine (+11,4 GW en 2020), tandis que les retraits se trouvent essentiellement en Europe et au Royaume-Uni (-8,3 GW). Selon les chiffres de GEM, 189,8 GW de capacité de production sont encore en construction, et 331,9 GW autres sont en projet.

« Cela va à l’encontre des appels du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, en faveur d’un moratoire mondial sur les nouvelles centrales au charbon après 2020. » « Il n’y a pas de charbon propre et le charbon n’a pas sa place dans des plans de relance rationnels », avait plaidé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans un discours adressé à la Chine fin juillet.

Tentative de relance noire

La Chine est soupçonnée de vouloir donner un coup d’accélérateur à la production de charbon pour relancer son économie, après le coup de frein provoqué par l’épidémie de nouveau coronavirus en début d’année.

Le charbon représentait l’an dernier 57,7 % du bilan énergétique chinois, en baisse de 1,5 point sur un an. Mais comme la consommation énergétique totale a augmenté, celle du charbon a progressé de 1 %, selon le Bureau national des statistiques.