Pyrénées-Orientales : Recueillies puis soignées, deux tortues d’une espèce menacée vont être relâchées

BIODIVERSITE Deux émydes lépreuses vont être relâchées dans leur milieu naturel le 21 juillet près de Perpignan.

Nicolas Stival

— 

Le président de l'association du refuge des tortues Jérôme Maran, avec l'une des deux émydes lépreuses qui vont être relâchées dans les Pyrénées-Orientales.
Le président de l'association du refuge des tortues Jérôme Maran, avec l'une des deux émydes lépreuses qui vont être relâchées dans les Pyrénées-Orientales. — Refuge des tortues
  • Soignées depuis un an au refuge des tortues de Bessières, en Haute-Garonne, deux émydes lépreuses seront relâchées dans leur milieu naturel, le 21 juillet dans les Pyrénées-Orientales.
  • En France, ces tortues d’eau, très rares, sont menacées.

Ouvert au public depuis avril 2019, le refuge des tortues de Bessières abrite quelque 1.350 pensionnaires. Le 21 juillet, le site installé à 30 km au nord-est de Toulouse en verra partir deux. Mais cette séparation est tout sauf un déchirement pour son président Jérôme Maran et l’équipe de bénévoles qui l’entoure.

« Pour la première fois, nous allons relâcher deux spécimens, explique ce passionné de 46 ans. Cela se passera dans une réserve naturelle du côté de Perpignan, avec l’accord de la Dreal Occitanie [direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement]. » Aucune indication géographique plus précise ne sera donnée pour ne pas troubler la quiétude de ces deux émydes lépreuses.

Derrière ce nom peu engageant se cachent de gracieux reptiles de petit gabarit : entre 12 et 20 cm de long pour environ 500 g. Mauremys Leprosa est l’une des trois espèces présentes en France métropolitaine, avec la cistude d’Europe, aquatique comme elle, et la tortue d’Hermann, qui préfère garder les pattes sur terre.

« Pas plus de 200 ou 300 individus en France »

« C’est une espèce protégée, la plus rare dans notre pays puisqu’on ne la trouve que dans certains ruisseaux et certains étangs des Pyrénées-Orientales, alors qu’elle vit aussi en Espagne, au Portugal ou au Maghreb, détaille Jérôme Maran. Il n’y a pas plus de 200 ou 300 individus en France. »

Les deux tortues sur le point d’être relâchées, après avoir passé un an à Bessières, sont âgées d’une dizaine d’années (elles peuvent vivre jusqu’à 70 ans). L’une d’elles, retrouvée dans un piteux état par un promeneur non loin de Perpignan, n’a plus que trois pattes, après avoir été amputée (et sauvée) par le docteur Guillaume Le Loc’h de l’école vétérinaire de Toulouse, partenaire du refuge.

Un numéro à contacter en cas de rencontre

Mais l’émyde lépreuse est du genre solide et prête à retrouver son milieu naturel avec sa congénère. A ce sujet, Jérôme Maran passe un appel aux randonneurs qui croiseraient la route d’une tortue. « Le mieux est d’envoyer un MMS avec une photo de l’animal à notre refuge [06 70 08 71 84]. On vous dira tout de suite si c’est une espèce locale. » Cela évitera à des gens, bien intentionnés mais pas forcément connaisseurs, de s’emparer d’un reptile pour le confier à des spécialistes en croyant le sauver, alors que la tortue ne faisait que flâner sur son territoire.