Méditerranée : Pourquoi les plaisanciers doivent préserver les herbiers de Posidonies

PROTECTION Les herbiers de Posidonies sont une espèce végétale « déterminante » dans le cycle de vie des poissons

Olfa Ayed

— 

Les herbiers de Posidonies sont indispensables à la vie marine (photo d'illustration).
Les herbiers de Posidonies sont indispensables à la vie marine (photo d'illustration). — Arribas/DYDPPA/Shutters/SIPA
  • Depuis trente ans, les herbiers de Posidonies sont une espèce protégée en Méditerranée.
  • L’association CPIE des Iles de Lérins participe à leur protection depuis une quinzaine d’années.
  • Cette année, le message de leur campagne de prévention est renforcé par un arrêté préfectoral de 2019 interdisant le mouillage des bateaux sur des zones où se trouvent des « espèces végétales protégées ».

Le mouillage est « la première cause de dégradation des herbiers » de Posidonies, alerte Jamila Poydenot. Tout l’été, au large de Cannes, ses collaborateurs au Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) des Iles de Lérins & Pays d’Azur vont sillonner la Méditerranée pour prêcher la bonne parole face aux plaisanciers. Et le message est clair : gare où vous jetez votre ancre !

La campagne « Ecogestes méditerrannée » en PACA, est centrée cette année sur cette espèce marine protégée depuis trente ans.

Et le CPIE s’appuie sur l'arrêté préfectoral signé le 4 juin 2019, interdisant le mouillage dans des zones qui peuvent « porter atteinte à la conservation, ni conduire à la destruction, à l’altération ou à la dégradation d’habitats d’espèces végétales marines protégées ».

« On les incite à mouiller dans les zones sableuses »

Commencé ce mercredi, la campagne de protection de la mer et des herbiers de Posidonies se déroulera jusqu’à la fin du mois d’août. Une vingtaine de dates d’intervention en Méditerranée sont prévues, notamment autour des îles de Lérins. « Cette zone est l’endroit où il y a le plus d’enjeux car c’est là où il y a le plus de fréquentation. L’année dernière, il y avait 2.000 bateaux le 15 août », affirme encore Jamila Poydenot, cheffe de projet au CPIE.

« On les incite à mouiller dans les zones sableuses. Et on leur montre les bons gestes pour relever leur ancre sans arracher les herbiers, si jamais ils ont mouillé aux mauvais endroits ». Le mouillage étant « la première cause de dégradation des herbiers », déclare Jamila.

Un plaisancier accepte le fanion Ecogestes Méditerranée à accrocher à son bateau en signe de son engagement.
Un plaisancier accepte le fanion Ecogestes Méditerranée à accrocher à son bateau en signe de son engagement. - CPIE île de Lérins

Une repousse très lente, « un centimètre par an »

Les Posidonies jouent pourtant un rôle déterminant dans le cycle de vie des poissons, souligne Jamila. Elles servent notamment de nurseries. « S’ils sont arrachés, les herbiers mettent du temps à repousser : un centimètre par an » précise-t-elle.

« Notre but auprès des plaisanciers est de leur expliquer les bons gestes de la pratique marine pour qu’ils en soient eux-mêmes des acteurs », explique la cheffe de projet du CPIE île de Lérins. « Généralement ceux qui sont habitués de la zone savent déjà tout. On intervient surtout pour les nouveaux, qui ne sont pas forcément connaisseurs de l’écosystème de la Méditerranée. »

A l’appui de l’action du CPIE, l’application Donia, réalisée et gérée par Andromède océanologie, va pouvoir aider les plaisanciers. Cet outil digital leur permet d’identifier les zones d’ancrage en dehors des écosystèmes fragiles.