Boues rouges : Alteo bénéficie d’un nouveau délai pour mettre aux normes ses rejets en mer

INDUSTRIE La préfecture a considéré que les travaux avaient dû être interrompus en raison du Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation contre les "boues rouges"
Manifestation contre les "boues rouges" — MickaÎl Penverne / 20 Minutes

Alteo, leader mondial des alumines de spécialité, va bénéficier d'un délai supplémentaire, jusqu'au 30 août, pour mettre aux normes environnementales ses rejets en mer Méditerranée, a-t-on appris jeudi auprès de la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Placée en redressement judiciaire depuis décembre en raison d'une baisse des commandes, la société qui emploie quelque 500 salariés, construit actuellement une unité de traitement des eaux pour résoudre cette situation.

«On a considéré que les travaux avaient dû être interrompus en raison du Covid», a expliqué le préfet Pierre Dartout. «Il s'agit d'un écart de deux mois qui ne constitue pas un dépassement exorbitant», a-t-il ajouté pour justifier l'arrêté repoussant la mise aux normes des rejets en mer, du 30 juin au 30 août.

Deux derniers paramètres

Initialement, Alteo, dont l'usine de Gardanne effectue des rejets liquides dans le parc national des Calanques, avait jusqu'au 8 juin pour respecter les deux derniers paramètres au sujet desquels elle est encore hors des clous: la demande biologique en oxygène (DBO5) et la demande chimique en oxygène (DCO).

Elle s'est déjà mise aux normes au niveau du fer, de l'arsenic, de l'aluminium et du niveau de pH de ses rejets liquides.

Le nouveau délai a été demandé par les administrateurs judiciaires d'Alteo au moment où ils cherchent un repreneur ou un partenaire pour sauver l'entreprise.

Alteo est aussi sous le feu des critiques des défenseurs de l'environnement pour l'entreposage de déchets à terre. Une information judiciaire a été ouverte en mars 2019.