Ours abattu dans les Pyrénées : Vingt associations déposent plainte et demandent un nouveau lâcher

JUSTICE Après la mort d’un ours tué par balles en Ariège en début de mois

Béatrice Colin

— 

Un ours brun a été découvert mort en Ariège, abattu par balles.
Un ours brun a été découvert mort en Ariège, abattu par balles. — NEWMAN MARK/SIPA

Après le terrain médiatique, la mort d’un ours, tué par balle en début de mois en Ariège, se déplace sur le terrain judiciaire. Dans la lignée de la ministre de la Transition écologique, 20 associations de défense de l’environnement ont décidé de porter plainte contre X pour « destruction d’une espèce protégée ».

Alors que les gendarmes enquêtent pour tenter de récolter des indices, la bataille entre pro et anti-ours a repris de plus belle sur le massif. Une tension exacerbée par les prises de position des deux camps, que ce soit par la récompense lancée par l'ONG Sea Shepherd pour récolter la moindre information, ou les déclarations d’élus ariégeois appelant à ne pas participer à cette opération «de chasse à l'homme».

Des propos, qui pourraient être retenus contre ceux qui les ont tenus, avertissent les associations de défense du plantigrade, qui invoquent « le chef de complicité ».

Leurs militants insistent aussi pour que l’ours tué soit aussi remplacé « immédiatement ». Pour cela, ils invoquent un des paragraphes du plan ours 2018-2028 élaboré par l'Etat. Il prévoit en effet le remplacement de tout ours mort « prématurément du fait de l’homme ».