Hérault : Des nids d’oiseaux détruits lors d’un rodéo sur la plage, une association porte plainte

ENVIRONNEMENT Depuis plusieurs semaines, des zones protégées ont été mises en place sur certaines plages

Nicolas Bonzom

— 

Une sterne naine (illustration).
Une sterne naine (illustration). — AUSLOOS/SIPA

« Entre colère et tristesse ! » Les membres de l'Association de sauvegarde du littoral des Orpellières sont consternés. Dans la nuit de samedi à dimanche, des motards se sont offert « une séance de rodéo » sur une plage, à Sérignan (Hérault), détruisant des nids de sternes naines, des oiseaux qui pondent sur le sable. Pour les protéger, la commune avait pourtant installé des rubans et des panneaux d’interdiction. Ça n’aura pas suffi.

« C’est la première fois que ce dispositif avait été mis en place [sur cette plage], c’était malheureusement quasiment certain que ça allait arriver », déplore Yann Geshors, le président de l’association, qui envisage de déposer une plainte ce mardi. « L’être humain, dès qu’on perturbe ses habitudes, ça donne ça… Mais nous continuons à faire de la prévention, de l’éducation. Et surtout, les oiseaux vont faire d’ici peu de temps une deuxième ponte. Celle-ci, nous allons la surveiller. »

« Les oiseaux cherchent la quiétude »

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses associations appellent les promeneurs à la vigilance, en raison de la présence d’œufs de gravelots à collier interrompu ou de sternes naines sur le sable. Ces oiseaux ont en effet profité du calme inédit en bord de mer pour pondre sur les plages. Ces espèces ont certes investi leurs zones habituelles de pondaison, mais aussi de nouveaux territoires, désertés par les amateurs de bronzette entre la mi-mars et la mi-mai, bloqués chez eux en raison du Covid-19.

« Les oiseaux cherchent la quiétude, et avec le confinement, certaines zones, qu’ils ne fréquentaient pas trop jusqu’à présent, sont devenues des zones de quiétude, confiait à 20 Minutes le 25 mai Pierre Maigre, de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) de l’Hérault. Des colonies entières s’y sont installées. Le déconfinement est arrivé, les promeneurs se sont retrouvés sur ces zones, entraînant des destructions. »

« Les divagations de chiens, sur la plage, peuvent notamment être préjudiciables, expliquait Joseph Hiard, le président du Groupe ornithologique du Roussillon. Si les promeneurs sont confrontés à un oiseau qui se déplace en courant, qui émet des sons, ou au-dessus de leurs têtes, qui ne cessent de plonger, comme le font les sternes, c’est qu’ils sont sur une zone de nidification. Ils signalent ainsi la présence des œufs. »