20 Minutes : Actualités et infos en direct
AVANT/APRESNicolas Hulot lance 15 idées pour l'après-crise dans un appel

Coronavirus : Nicolas Hulot lance 15 idées pour l'après-crise dans un appel

AVANT/APRESL’ancien ministre veut une conférence écologique et sociale
Nicolas Hulot a été ministre de la Transition écologique et solidaire de mai 2017 à septembre 2018. (archives)
Nicolas Hulot a été ministre de la Transition écologique et solidaire de mai 2017 à septembre 2018. (archives) - ALLILI MOURAD/SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

L’ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a appelé mercredi à créer une conférence écologique et sociale pour réfléchir à l’après-crise du coronavirus et avance 15 propositions à court terme. « Cette crise sanitaire (…) n’est que l’avatar d’une crise beaucoup plus profonde, qui met en relief nos failles, nos excès, nos vulnérabilités », dit Nicolas Hulot, qui a repris la tête de sa fondation après avoir démissionné du poste de ministre en août 2018, dans une interview au Monde.

« Il y a d’abord une urgence sociale, humanitaire, à laquelle il faut répondre avec les outils disponibles », mais il faut « penser simultanément, ou en tout cas dans un temps très court, au monde d’après, et de le faire avec cohérence », poursuit-il. Face à la crise climatique, « on a un scénario catastrophe, d’une ampleur sans précédent, mais qui est évitable. Et, pour y faire face, on n’est pas au quart des solutions qu’on a prises contre le coronavirus », rappelle-t-il.

Juste échange

Pour répondre à la crise à court terme, Nicolas Hulot met en avant 15 propositions faites par le Pacte du pouvoir de vivre qui regroupe une cinquantaine d’associations : « Verser une prime exceptionnelle de solidarité, de 250 euros par mois et par personne, aux ménages les plus en difficulté », « aider les locataires fragilisés à payer leur loyer », « revaloriser le montant du RSA »… Pour Nicolas Hulot, il faut aussi débattre « du revenu universel, de la taxe sur les transactions financières, de la relocalisation d’un certain nombre d’activités, la nécessité du juste échange plutôt que du libre-échange » et « la revalorisation de tous les métiers vitaux ».

L’ancien ministre plaide aussi pour que les aides financières accordées actuellement à des secteurs en difficulté se fassent avec des contreparties. Pour financer ces transformations, il faut « aller chercher l’argent là où il est, de taxer de manière plus importante les revenus qui ne sont pas issus du travail, de mettre fin à ce capitalisme sauvage », poursuit-il.



Nicolas Hulot propose de créer une conférence écologique et sociale, éventuellement « d’un format type Grenelle », à condition que « cela ne soit pas une énième consultation sans lendemain ». « A terme, l’idée est de constituer une troisième Assemblée, qui prenne de la hauteur par rapport au jeu politicien, mais surtout qui planifie l’avenir en s’extrayant du rythme médiatique et politique » et de réfléchir à des « révisions constitutionnelles ».

Sujets liés