Moins de vélos vendus en France en 2019, mais un chiffre d'affaires en hausse

MOBILITÉ La fédération de commerçants Union sport & cycle constate en 2019 une baisse de 2 % du nombre de vélos vendus en 2019. Pour autant, le chiffre d’affaires du marché vélo augmente, boosté par les vélos électriques

20 Minutes avec AFP

— 

Un vélo électrique. (Illustration)
Un vélo électrique. (Illustration) — Mickaël Penverne / 20 Minutes

Le marché français du vélo a vu son chiffre d'affaires progresser de 10,1% en 2019, à 2,33 milliards d'euros, la montée en gamme et le succès des électriques ayant compensé une baisse du nombre d'engins vendus, selon des données publiées lundi par une fédération du secteur.

Union sport & cycle (USC), qui représente 1.400 entreprises et 3.000 points de vente, constate dans son «Observatoire du cycle» annuel, une «baisse sensible du nombre de vélos vendus sur l'année (-2%)».

388.100 vélos à assistance électrique vendus

Mais cela a été compensé selon elle par plusieurs facteurs, notamment «une mutation du marché en faveur du vélo à assistance électrique (VAE)».

Ce dernier «s'impose comme un segment pivot du secteur», avec 388.100 engins vendus (+12,1%) et un prix moyen en augmentation de 10% (1.749 euros). Il représente désormais 45,2% du marché en valeur, selon la fédération.

Elle relève aussi «la montée en gamme des vélos achetés par les Français»: «on observe une demande croissante de vélos de qualité (plus confortables pour une pratique inscrite dans la durée), à un prix plus élevé.»

Un coup de pouce vélo dans la perspective du déconfinement

Dans la perspective du déconfinement, le gouvernement a décidé fin avril d'offrir un coup de pouce aux personnes prêtes à adopter le vélo pour se déplacer au quotidien: un forfait de 50 euros pour faire réparer sa bicyclette d'occasion. Les réparateurs seront référencés sur une plateforme de la fédération française des usagers de la bicyclette (www.fub.fr), disponible à partir du 11 mai.

Cette aide s'inscrit dans un plan plus global de 20 millions d'euros, qui servira aussi à financer des places de stationnement temporaires et des formations pour apprendre ou réapprendre à rouler à vélo.

La France est à la traîne par rapport à d'autres pays européens dans l'usage du vélo comme mode de transport. «Si la France a l'ambition de devenir une véritable nation du vélo, elle doit s'en donner les moyens en incitant les citoyens à s'en procurer plus facilement», prévient néanmoins l'USC.