Corse : A cause de la pression touristique, la réserve de Scandola perd son label « espace protégé »

NATURE En raison d’une « fréquentation incontrôlée » du site, très touristique, qui nuit à la biodiversité locale, la réserve de Scandola, en Corse, va perdre son label « espace protégé »

20 Minutes avec AFP

— 

Une touriste dans la réserve de Scandola en Corse
Une touriste dans la réserve de Scandola en Corse — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

La réserve de Scandola, en Corse-du-Sud, va perdre son diplôme européen des espaces protégés, une distinction qu’elle avait obtenue en 1985, en raison notamment de la trop forte pression touristique sur le site et de ses effets néfastes sur la flore et la faune.

Cette décision du Conseil de l’Europe, publiée dans un rapport daté du 30 mars, a été prise à l’unanimité des experts concernés lors d’une réunion les 18 et 19 mars, et ce notamment « en raison du considérable manque de progrès réalisés et des tentatives minimales de communication » de la part des gestionnaires de la réserve. Elle prendra effet en septembre.

Une « fréquentation incontrôlée »

Sur le fond, le retrait de ce label européen à la réserve de Scandola, créée en 1975 sur 920 hectares terrestres et 1.000 hectares de zone marine, est notamment dû à « la fréquentation incontrôlée [du site] par les visiteurs de tous bords et (…) les effets dommageables sur la nature du site, ses écosystèmes [et] les espèces de flore et de faune qui lui sont propres ».

Dès décembre 2018 un rapport du CNRS avait souligné par exemple que « la population de balbuzards pêcheurs, un rapace protégé et menacé en mer Méditerranée, [s’effondrait] dans la réserve naturelle nationale de Scandola » à cause du tourisme.