Pyrénées : Un ours immortalisé sur une crête à 2.800 mètres d’altitude

NATURE Le photographe indépendant Nathan Birrien raconte sa « rencontre » avec un ours qui marchait à 2.800 mètres d’altitude, samedi dans les Hautes-Pyrénées

Nicolas Stival

— 

L'ours surpris en haut d'une montagne des Hautes-Pyrénées, le 4 avril 2020.
L'ours surpris en haut d'une montagne des Hautes-Pyrénées, le 4 avril 2020. — Nathan Birrien Visual
  • Photographe indépendant, Nathan Birrien a photographié samedi un ours en balade sur la commune d'Azet, dans les Hautes-Pyrénées, à 2.800 mètres d'altitude .
  • Il s'agit probablement de Goiat, un mâle originaire de Slovénie introduit en 2016 sur le versant espagnol du massif.

Des montagnes enneigées, un ciel d’un bleu limpide sur lequel se découpe la silhouette sombre d’un ours. « C’est la photo la plus inattendue que j’aie faite, confie Nathan Birrien, contacté par 20 Minutes. Le fait de le voir marcher seul sur la crête, c’était unique. » Et c’est arrivé près de chez lui. samedi en fin de journée, sur la commune d’Azet, dans les Hautes-Pyrénées.

« Je me suis retrouvé au bon endroit, au bon moment, indique le photographe indépendant de 24 ans. Grâce à quelques sources, j’ai appris la présence probable d’un ours. J’ai eu la chance de pouvoir l’observer pendant une petite heure. »

Au téléobjectif, Nathan Birrien a immortalisé cette parenthèse de grâce au cœur d’une actualité macabre. Ce spécialiste des paysages de montagne en toute saison, également pilote de drone, a ensuite partagé ses clichés, joliment accueillis sur les réseaux sociaux.

Goiat repéré deux jours plus tôt à proximité

Le héros pyrénéen du week-end a quant à lui poursuivi sa route, bien loin des problématiques humaines de confinement. Mais qui est-il, au fait ? « Il est rarement possible d’identifier un ours à partir d’une photo, a fortiori à cette distance, indique Alain Reynes, responsable de l'association Pays de l'Ours-Adet. Il semble toutefois qu’il s’agisse de Goiat, qui est l’un des rares à être localisable car équipé d’un collier GPS. »

Ce mâle né en 2006 en Slovénie avait été aperçu jeudi sur la commune de Génos, limitrophe d’Azet, comme l’indique Info Ours des Pyrénées, le site officiel de l’Etat.

Lâché en juin 2016 sur le versant espagnol, en Catalogne, Goiat fait polémique car plusieurs agressions contre des équidés lui sont attribuées. Il est ainsi soupçonné d’avoir tué plusieurs animaux en 2019, notamment dans les vallées du Louron et de la Barousse. Classé « ours à problèmes », de nombreux opposants au plantigrade demandent son retrait du massif où plus d’une quarantaine de spécimens sont présents.

Avant Goiat (si c’est bien lui), c’est Sorita qui avait été aperçue le 25 mars dans les Pyrénées-Atlantiques, en vallée d’Aspe. Cette femelle elle aussi slovène, lâchée dans le Béarn en 2018 avec sa consœur Claverina, se baladait sans ourson à ses côtés, au sortir de la phase d’hibernation.