Bretagne : Comment l’agriculture tente de limiter ses émissions d’ammoniac et (donc sa pollution)

POLLUTION La semaine dernière, la région a connu un épisode de pollution de l’air, notamment en raison des travaux dans les champs

Camille Allain

— 

Illustration d'un tracteur épandant du lisier, ici en 2018 dans la Sarthe.
Illustration d'un tracteur épandant du lisier, ici en 2018 dans la Sarthe. — Gile Michel / SIPA
  • Un pic de pollution a été constaté la semaine dernière en Bretagne. Les particules fines sont notamment générées par les émissions d’ammoniac liées à l’agriculture.
  • En Bretagne, première région émettrice en France, les instances agricoles travaillent à « une prise de conscience » de la profession.
  • Des investissements souvent coûteux peuvent permettre de réduire les émissions d’ammoniac.

Il n’y a pas de télétravail pour les agriculteurs. Depuis la mise en place des mesures de confinement, les paysans français n’ont pas chômé. En Bretagne, vous le constaterez facilement en observant le ballet des tracteurs dans les champs. En fin de semaine dernière, on pouvait aussi s’en apercevoir en regardant l’horizon d’un ciel embrumé par les particules fines. Lorsque nous avons évoqué cette pollution de l’air sur notre site, certains nous ont accusés de vouloir salir l’image de l’agriculture. Il n’en est rien. En cette période de faible trafic automobile, le constat est clair. L’épandage et l’utilisation de fertilisants sont des sources importantes de rejet d’ammoniac dans l’air. Un facteur dont on sait aujourd’hui qu’il est déterminant dans la multiplication des particules fines.

Les émissions d'ammoniac dans l'air par région selon une étude de l'Ineris.
Les émissions d'ammoniac dans l'air par région selon une étude de l'Ineris. - Airbreizh

La situation est d’ailleurs bien connue des instances agricoles. Ces dernières savent qu’elles sont en première ligne dans l’engagement de l’État français à baisser ses émissions d’ammoniac dans l’air de 13 % d’ici 2030. Un engagement qui amènera à d’importantes sanctions de l’Europe s’il n’était pas respecté. « C’est une question très émergente. On essaye de la pousser mais nous sommes dans une prise de conscience », reconnaît Charlotte Quénard, conseillère environnement à la chambre d’agriculture de Bretagne.

Le printemps, période critique dans les champs

La première région agricole française est sans surprise la première émettrice d’ammoniac dans l’air. « En bruit de fond, il y a les émissions qui émanent des bâtiments d’élevage. Mais ce sont les travaux d’épandage qui accentuent les émissions dans l’air, surtout au printemps », assure Gaël Lefeuvre, directeur d’Air Breizh.

Son association de surveillance de la qualité de l’air a émis une alerte la semaine dernière, évoquant une qualité d’air « mauvaise » dans toute la Bretagne. Soit quelques jours après avoir rendu son premier rapport évoquant la surveillance de l’ammoniac dans l’air ambiant. Un document qui a permis à Air Breizh d’investir dans un premier appareil de mesure chiffré à 70.000 euros qui sera prochainement installé dans sa station de Kergoff, dans le centre Bretagne.

L’azote s’échappe dans l’eau… Et dans l’air

Le problème de l’ammoniac dans l’air est assez simple à comprendre. Pour enrichir leurs sols, les agriculteurs y déposent du lisier, riche en azote afin de nourrir les plantes. Mais une partie de cet azote s’échappe dans l’eau, un facteur déterminant à l’arrivée d’algues vertes. Une autre partie s’évapore dans l’air, générant de l’ammoniac. Pour y faire face, des solutions ont été établies et compilées dans le «  Guide des bonnes pratiques agricoles pour l’amélioration de la qualité de l’air ». « C’est surtout un recueil de techniques à destination des conseillers agricoles. Car les agriculteurs ont une vision globale de leur exploitation, ils ne vont pas prendre telle ou telle mesure pour améliorer un point ou l’autre », explique Charlotte Quénard.

Dans les élevages de porcs ou de volailles, des laveurs d’air sont obligatoires pour les installations les plus conséquentes. Mais le nerf du problème est avant tout économique. « L’engrais le plus utilisé, c’était l’ammonitrate. Mais on voit de plus en plus d’agriculteurs prendre de l’urée car c’est bien moins cher. Le problème, c’est que ça génère trois fois plus d’émissions d’ammoniac », poursuit la conseillère environnement.

L’une des solutions consisterait à investir dans du matériel d’épandage plus moderne. Une « rampe à pendillards » permet d’enfouir le lisier et d’éviter sa dispersion dans l’air. Mais le surcoût est estimé à 2.500 voire 3.000 euros par mètre d’épandage. Imaginez quand la rampe mesure 15 mètres de large. « Il faut que les pouvoirs publics aident à financer le matériel. C’est comme pour les voitures ou les chaudières, si on veut inciter les gens à en changer, il faut les aider », conclut Charlotte Quénard. La fameuse « prise de conscience ».

Les nouveaux diesel et l’ammoniac

En Bretagne, 97 % des rejets d’ammoniac dans l’air sont attribués à l’agriculture, d’après un rapport de l’Ineris. Mais une autre source pourrait s’imposer. D’après les scientifiques, les nouveaux moteurs diesel de type ADBlue censés réduire les oxydes d’azote. Mais la présence d’urée dans la composition favoriserait les émissions d’ammoniac.