Toulouse : La pollution des voitures contamine-t-elle les logements ? Des écorces de platane livrent leur verdict

SCIENCES Pendant un an, des chercheurs se sont servis d’écorces de platane pour traquer la pollution à l’intérieur et à l’extérieur de 90 foyers toulousains. Avec des résultats parfois surprenants

Hélène Ménal

— 

A Toulouse, l'écorce des platanes est utilisée par des chercheurs comme biocapteur pour piéger la pollution automobile.
A Toulouse, l'écorce des platanes est utilisée par des chercheurs comme biocapteur pour piéger la pollution automobile. — Florent Hodal - CNRS GET
  • Le projet de science participative NanoEnvi traque la pollution automobile à Toulouse grâce à des écorces de platane.
  • Pendant un an, 90 familles ont placé leurs biocapteurs à l’intérieur et à l’extérieur de leur logement.
  • La pollution due aux voitures est globalement plus faible dans les maisons mais l’aménagement urbain joue beaucoup sur le degré de contamination.

Intuitivement, on se dit que les habitants les plus exposés à la pollution automobile sont ceux qui vivent au bord des axes où le trafic est plus dense. Pas si simple selon les premiers résultats, dévoilés vendredi, de l’étude NanoEnvi.

Des nanoparticules magnétiques piégées dans de l'écorce de platane et vues au microscope électronique.

Elle est chapeautée depuis un an par les chercheurs du Laboratoire Géosciences environnement de Toulouse (GET*), épaulés dans leur traque de la pollution automobile par des habitants. Avec une méthode aussi bio qu’originale, à base d’écorces de platane. Ces dernières sont utilisées comme « piégeurs des nanoparticules magnétiques » comme celles que produisent la combustion des moteurs ou encore les frottements de freins. Depuis un an, 90 familles de Toulouse et Balma ont accepté de disposer deux biocapteurs, fournis en kit, à l’intérieur et à l’extérieur de leur logement.

Fuyez les croisements

En les analysant, les chercheurs ont pu faire une cartographie assez fine de la pollution automobile, notamment le long du boulevard de Strasbourg. « Et nous nous sommes aperçus que la pollution est très influencée par l’aménagement urbain, souligne Mélina Macouin, de l’équipe du GET. Les concentrations les plus élevées se retrouvent au niveau des carrefours et des croisements ».

Les chercheurs pensent également que « la forme de la rue et sa végétalisation sont des facteurs probablement aussi importants que l’intensité du trafic et influencent donc l’exposition des habitants aux particules fines ».

Ouvrez quand même vos fenêtres

L’autre enseignement de l’étude à ce stade est plus logique : les nanoparticules polluantes sont plus nombreuses à l’extérieur qu’à l’intérieur des logements. Mais un petit mystère reste toutefois à résoudre puisque celles piégées à l’intérieur sont différentes des autres. Se transforment-elles après leur intrusion ou viennent-elles d’une autre source ? L’étude participative va connaître un épisode 2.

En attendant, Mélina Macouin et ses collègues ne veulent surtout pas que NanoEnvi débouche sur de brusques envies de se barricader fenêtres fermées. Les meubles, le tabac, des choses aussi banales que faire griller ses toasts sont aussi sources de pollution aux particules. « On en a aussi sur ses vêtements quand on rentre chez soi, précise la chercheuse. Alors il faut ouvrir les fenêtres, sinon on recycle la pollution à l’intérieur ».

* GET-OMP, CNRS/Université Toulouse 3, IRD/Cnes