Brésil : Une cinquantaine d’aras de Spix, une espèce menacée de perroquets, rapatriés depuis l’Allemagne

ANIMAUX Les oiseaux se reproduiront en captivité avant d’être relâchés dans la nature

20 Minutes avec agences

— 

Un couple de perroquets de l'espèce Ara de Spix.
Un couple de perroquets de l'espèce Ara de Spix. — Pairi Daiza

Une cinquantaine d’aras de Spix, une espèce de perroquets bleus, sont arrivés ce mardi au Brésil en provenance d’Allemagne. « Ils sont arrivés ! », a tweeté le jour même l’ICMbio, l’institut de conservation de la biodiversité en charge du transfert.

La publication était accompagnée d’une photo du ministre de l’Environnement brésilien portant une cage contenant un perroquet. Ce projet de réintroduction de l’espèce est le fruit d’un partenariat entre l’ICMBio et l’Association allemande pour la conservation des perroquets menacés (ACTP).

Le perroquet du film « Rio »

Les oiseaux doivent poursuivre leur voyage vers Curaça, petite ville dans laquelle ils resteront en captivité dans un centre spécial. Ils s’y reproduiront sous la supervision d’agents de l’ICMBio avant d’être relâchés dans la nature. Cette période de transition devrait durer au moins un an : les premières réintroductions sont prévues courant 2021.

L’ara de Spix (Cyanopsitta spixii) est une espèce originaire du nord-est du Brésil. Il ne subsiste actuellement que quelques dizaines de spécimens en captivité de cette espèce menacée. L’oiseau mesure de 55 à 60 cm et pèse environ 350 g à l’âge adulte. La population a baissé drastiquement ces dernières années à cause des captures et de la destruction de son habitat naturel, la « caatinga », forêt d’arbustes épineux du nord-est brésilien.

Dans le film d’animation en 3D « Rio », sorti en 2011, le perroquet bleu est « rapatrié » depuis les Etats-Unis pour se reproduire avec Linda, maintenue en captivité au Brésil. Convoités par des trafiquants d’oiseaux rares, les deux perroquets se retrouvent embarqués dans une série d’aventures en plein carnaval de Rio de Janeiro.