VIDEO. L’abattoir de veaux dénoncé par L214 fera l’objet d’une « enquête approfondie »

SOUFFRANCE ANIMALE La Direction générale de l’alimentation va diligenter une nouvelle inspection de l’établissement Sobeval

20 Minutes avec AFP

— 

Dordogne : L214 diffuse une nouvelle vidéo choc tournée dans un abattoir de veaux. — 20 Minutes

Un abattoir de veaux situé en Dordogne, dont l’association de défense des animaux L214 avait demandé la fermeture, va faire l’objet d’une « enquête approfondie », a annoncé mardi le ministère de l’Agriculture.

La Direction générale de l’alimentation (DGAL) diligente « une nouvelle inspection de l’établissement » Sobeval, a indiqué le ministère dans un communiqué publié mardi dans la soirée. « La brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et un référent national abattoir seront présents dès demain [mercredi] sur site pour une enquête approfondie. Un rapport complet sera adressé vendredi matin au ministère », poursuit-il.

L214 avait demandé jeudi dernier la fermeture de l’abattoir, après diffusion d’une nouvelle vidéo montrant selon elle des infractions « multiples », notamment « des signes de conscience ou sensibilité » des animaux. Les autorités n’avaient de leur côté assuré n’avoir pas décelé de « non-conformité à la réglementation ».

E-mails problématiques

L214 est revenu à la charge mardi matin, affirmant que des échanges de courriels internes au ministère de l’Agriculture, adressés par erreur à l’association, montrent que les infractions « sont avérées ».

L’association cite ainsi un courriel attribué à un fonctionnaire du ministère, qui écrit que les non-conformités sont « indéniables, voire majeures ». « Une enquête interne est en cours pour comprendre les motivations de ce mail », réagit le ministère de l’Agriculture.

« Le directeur général de l’alimentation, Bruno Ferreira, sur la base des rapports transmis par les services de la préfecture de Dordogne, confirme qu’aucun élément ne permet à ce jour d’affirmer la présence de telles non-conformités dans cet établissement », ajoute-t-il.