Aveyron : Des chauves-souris et vautours tués par des éoliennes, une association porte plainte

BIODIVERSITE France nature environnement (FNE) vient de déposer plainte contre X après la mort d’une trentaine d’oiseaux et chauve-souris victimes des pales d’un parc éolien aveyronnais

H.M.

— 

Dans un parc éolien. Illustration.
Dans un parc éolien. Illustration. — FREDERIC SCHEIBER / 20 MINUTES

Trois vautours fauves, deux hirondelles, deux linottes mélodieuses, six pipistrelles… Voici un extrait du triste inventaire dressé par France nature environnement (FNE) des oiseaux et chauves-souris fauchées en plein vol par des pales d’éoliennes du côté de Sévérac-le-Château, dans l’Aveyron.

Le collectif d’associations environnementalistes s’appuie sur les résultats fournis par un cabinet d’étude sur le parc éolien de Montfrech. Il a recensé 17 cas de mortalité d’oiseaux, et 14 décès de chauve-souris sur la seule année 2019.

FNE constate que ce parc « ne bénéficie d’aucune autorisation environnementale pour porter atteinte aux espèces animales protégées » et qu’il ne déploie pas non plus de mesures pour limiter l’impact des pales, comme des effarouchements par exemple.

« Face à cette situation inacceptable », une plainte contre X a donc déposé pour destruction d’oiseaux protégés et le préfet de l’Aveyron alerté pour qu’il « mette en demeure » l’exploitant du parc d’agir. FNE précise évidemment qu’elle soutient l’énergie éolienne mais « seulement si elle respecte la transparence écologique ».

« L’objectif affiché du développement de l’éolien est la transition écologique mais souvent des intérêts purement financiers se cachent derrière cette intention vertueuse », souligne Thierry de Noblens, le président de FNE Midi-Pyrénées. « Les exploitants doivent impérativement prendre des mesures afin d’éviter la mortalité » des oiseaux et chauves-souris, ajoute-t-il.

Contacté, l’exploitant du parc éolien de Montfrech n’a pas répondu à nos sollicitations.