Météo dans le Sud-Ouest : Avec de nouvelles températures au-dessus des 28 °C ce dimanche, on se dirige vers un mois de février record

DOUCEUR HIVERNALE Des villes comme Oloron-Sainte-Marie et Dax viennent de battre leur nouveau record de température, tandis que Pau a passé pour la dixième fois cet hiver la barre des 20°C

Mickaël Bosredon

— 

Le mois de février 2020 continue de battre des records de chaleur dans le Sud-Ouest, comme à Bordeaux où il a fait 11,5°C en moyenne sur les quinze premiers jours
Le mois de février 2020 continue de battre des records de chaleur dans le Sud-Ouest, comme à Bordeaux où il a fait 11,5°C en moyenne sur les quinze premiers jours — Mickaël Bosredon/20 Minutes
  • Alors que l’hiver n’est pas encore terminé, plusieurs records de douceur sont en train de tomber dans le Sud Ouest.
  • Bordeaux a connu une moyenne de 11,5 °C sur les quinze premiers jours de février, établissant aussi un nouveau record.
  • Si la cause directe de cette incroyable douceur, provient des flux d’ouest, il est aussi indéniable que le réchauffement climatique joue son rôle.

Le Sud-Ouest a encore battu des records de température ce dimanche. Ainsi, il a fait 28,1°C à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), « ce qui paraît extraordinaire pour une mi-février » commente pour 20 Minutes le météorologue de Météo France François Jobard. C’est un nouveau record mensuel pour cette station.

La ville de Dax (Landes) a aussi établi son nouveau record ce dimanche, pour une première et deuxième décade de février, avec 26,4°C. « L’ancien record était de 25,4°C et il datait… du 3 février 2020 » souligne François Jobard. « Dax a donc battu en 2020 coup sur coup les records des premières et deuxièmes décades de février. » La dernière décade est en général celle qui détient le record pour le mois, « car le soleil est plus vigoureux qu’en début de mois ». « Ce que l’on peut souligner, insiste le météorologue, c’est qu’il n’avait jamais fait si chaud si tôt. C’est très précoce. »

Et que dire de Pau (Pyrénées-Atlantiques) ? On est monté ce dimanche jusqu’à 25,5°C, ce qui n’est pas un record pour un mois de février, « en revanche c’est la dixième fois où on a atteint ou dépassé les 20°C au cours de cet hiver [de décembre à février] dans cette ville, ce qui constitue là un record. » Et l’hiver n’est pas fini ! « Il se peut que l’on ait encore quelques jours à plus de 20°C, car on prévoit encore une période douce d’ici à la fin du mois de février. »

Températures moyennes de plus de 12°C sur les 15 premiers jours de février

La vague de douceur a été générale à l’ensemble de la France, même si la tempête Dennis a balayé l’ouest et le nord du territoire. D’autres villes de la métropole ont ainsi battu leur record de température pour un 16 février, comme Lille qui a enregistré 14,8°C.

Globalement, « nous connaissons sur les quinze premiers jours de février des températures moyennes de plus de 12°C dans plusieurs villes, comme à Toulouse. Bordeaux est juste en dessous avec 11,5°C de moyenne, et bat ainsi son ancien record qui était de 10,9°C en 1990. »

L’ensemble de ces records « s’inscrivent dans un hiver qui est particulièrement doux, et notamment le mois de février, insiste François Jobard. Cet hiver 2019-2020 pourrait même terminer à la première place des hivers les plus doux ; on semble s’y diriger. »

« Le réchauffement climatique vient donner un petit coup de pouce »

Alors, ces températures record, cet hiver qui n’en est pas un, sont-ils le résultat du réchauffement climatique ? « Sans s’embarquer sur cette thématique, nous avons tout simplement des flux d’ouest qui ramènent de la douceur de l’Atlantique, d’où un hiver avec de la douceur, et des perturbations et des tempêtes aussi, analyse le météorologue. Ce n’est pas inhabituel d’avoir trois tempêtes successives comme on vient de le connaître. Nous avons déjà eu des hivers comme cela, notamment en février 1990. »

Cela dit, il est indéniable que le réchauffement joue aussi un rôle. « Il est certain que le réchauffement climatique vient donner un petit coup de pouce, et nous avons des courants d’ouest qui sont peut-être un peu plus doux qu’ils n’étaient auparavant. La moyenne sur 30 ans est clairement orientée à la hausse, ce qui n’empêche pas la variabilité de la météo certaines années. »