Pyrénées : La livraison de neige par hélico fait grincer des dents jusqu'au gouvernement

ECOLO-SKI La ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, a indiqué dimanche qu’enneiger des stations de ski par hélicoptère n’était « pas une voie possible »

B.C. avec AFP

— 

La station de ski de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées, le 7 février 2020, où il manque de la neige.
La station de ski de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées, le 7 février 2020, où il manque de la neige. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA
  • Depuis le début de la saison de sports d’hiver, les Pyrénées enregistrent un faible enneigement, au point que certaines stations ont dû fermer.
  • A Luchon-Superbagnères, pour maintenir une certaine activité, une opération de livraison de neige par hélicoptère a été organisée samedi.
  • La ministre de la Transition écologique est montée au créneau pour indiquer que ce genre d’opération n’était pas « une voie possible ».

« Apporter de la neige par camion ou par hélicoptère dans les stations pour continuer à faire comme si de rien n’était ? On marche sur la tête ! Il est temps de changer de modèle », avait tweeté samedi Emmanuelle Wargon. La secrétaire d’Etat réagissait à l'opération de livraison de neige opérée par hélicoptère samedi dans la station de ski de Luchon-Superbagnères, en Haute-Garonne.

Une première dans les Pyrénées confrontées à un très faible enneigement cette année alors que les vacances de février ont démarré depuis plus d’une semaine. « Enneiger des stations de ski par hélicoptère n’est pas une voie possible », a renchéri dimanche Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, après la décision de la Haute-Garonne de déverser de la neige par hélicoptère sur la station de Luchon-Superbagnères.

Une réunion dans le courant de la semaine

« Nous réunirons avec Jean-Baptiste Lemoyne les acteurs concernés dans les prochains jours », a-t-elle indiqué dans un tweet.

Une réunion qui vise à arrêter ce genre d’opération polluante et très critiquée alors que les conséquences du réchauffement climatique sont de plus en plus visibles, y compris sur la chaîne pyrénéenne. Elle consistera aussi à trouver des solutions pour les élus locaux et les gestionnaires de station a indiqué à l’AFP un conseiller de la ministre.

Cette décision de livraison héliportée de neige a été prise par le conseil départemental de Haute-Garonne, gestionnaire des stations. Samedi, durant deux heures et demie, l’hélicoptère a transporté quelque 50 tonnes de neige pour un coût évalué de 5.000 à 6.000 euros.

Mais « en termes de retour sur investissement, il faut multiplier au moins par 10 », avait justifié le syndicat mixte chapeautant cette station qui indique qu’entre 50 et 80 personnes vont pouvoir travailler grâce à cette opération : le personnel de la station, mais aussi les moniteurs, les loueurs de matériel, les restaurateurs.