Nouvelle-Aquitaine : Pourquoi le centre de soins de la LPO accueille-t-il de plus en plus de hérissons ?

BIODIVERSITE Le centre de soins de la LPO Aquitaine, basé à Audenge en Gironde, a recueilli en 2019 près de 5.000 animaux, dont plus de 700 hérissons d'Europe

Mickaël Bosredon

— 

Un hérisson d'Europe recueilli par le centre de soins LPO d'Audenge en Gironde.
Un hérisson d'Europe recueilli par le centre de soins LPO d'Audenge en Gironde. — Centre de soins LPO Audenge
  • Le hérisson d'Europe est devenue l'espèce la plus menacée par les effets des insecticides et de l'urbanisation.
  • Pour faire face à ce regain d'activité, le centre de soins a lancé une campagne de don sur Helloasso.
  • Le centre d'Audenge recueille les animaux blessés sur un territoire qui couvre la Gironde, la Dordogne, et aussi une partie des Landes et du Lot-et-Garonne.

Victime de son succès. Le centre de soins de la LPO (Ligue de protection des oiseaux) d’Audenge en Gironde, a recueilli en 2019 4.934 animaux blessés. C'est 600 de plus qu'en 2018, année qui avait déjà été en forte augmentation par rapport à 2017.

Problème : recueillir, et soigner ces animaux, a un coût. Le coût moyen du séjour d’un hérisson d'Europe, l’espèce la plus représentée au centre avec plus de 700 individus recueillis en 2019, revient par exemple à 180 euros. Soit un total de 126.000 euros rien que pour cette espèce. La LPO Aquitaine a lancé fin 2019 une campagne de dons sur la plateforme Helloasso, qui a déjà permis de recueillir plus de 11.000 euros.

Soigner un hérisson coûte en moyenne 180 euros au centre de soins LPO d'Audenge
Soigner un hérisson coûte en moyenne 180 euros au centre de soins LPO d'Audenge - Grégory Pol

Chevêche d’Athena et Circaète Jean-le-Blanc

« Cela coûte cher car les hérissons arrivent généralement très accidentés, suite à des chocs. Il faut donc utiliser des antibiotiques, des antidouleurs, et parfois il faut aussi anesthésier et effectuer des radios » explique la responsable du centre d’Audenge Noriane Rhouy. Cette espèce est aujourd’hui la plus représentée, « parce que c’est une des espèces les plus proches de nous, on la trouve dans nos jardins, et elle subit donc de plein fouet les effets des insecticides ou de l’urbanisation, avec notamment des chocs contre des voitures. »

Parmi les autres animaux régulièrement accueillis par le centre, on trouve la chevêche d'Athena, un petit rapace nocturne, le moineau ou le merle. Mais aussi des espèces plus surprenantes. « Il y a parfois des exotiques qui ont été introduits dans nos territoires, et aussi des animaux perdus, comme ce  circaète Jean-le-Blanc, un gros rapace qui a été trouvé accidenté suite à un choc » poursuit Noriane Rhouy.

Le centre de soins d’Audenge couvre une zone qui comprend la Gironde, le nord des Landes, la Dordogne et une partie du Lot-et-Garonne.