Envoyer les tickets de caisse par e-mail, une meilleure solution pour le climat ?

FAKE OFF Un projet de loi prévoit la fin de l’impression systématique des tickets de caisse. L’e-mail est une des options envisagées pour les remplacer. Mais ces envois créent également des émissions de carbone

Mathilde Cousin

— 

Un projet de loi prévoit la fin de l'impression systématique des tickets de caisse à partir de 2023.
Un projet de loi prévoit la fin de l'impression systématique des tickets de caisse à partir de 2023. — GILE Michel/SIPA
  • L’impression systématique des tickets de caisse va disparaître à partir de 2023, sauf si le client le demande. C’est ce que prévoit un projet de loi.
  • L’argument écologique est mis en avant pour justifier cette suppression.
  • L’envoi d’un e-mail, qui pourrait se substituer à l’impression du ticket, a aussi un coût écologique.

Ils font partie de notre quotidien et sont amenés à disparaître. Patricia Mirallès, députée LREM de l’Hérault, a proposé d’interdire l’impression systématique des tickets de caisse à partir de 2023. Elle a fait adopter un amendement au projet de loi visant à lutter contre le gaspillage. Le texte doit être définitivement adopté au Sénat ce jeudi.

L’impression systématique de tickets de caisse sera interdite à partir de 2023, sauf si le client le demande. L’interdiction concerne également les tickets de carte bancaire et l’impression des bons de réduction.

Pourquoi une telle interdiction ? L’élue met en avant des questions de santé (présence de bisphénol F ou S dans les tickets de caisse) ainsi que la défense du climat. « Un hypermarché a recours annuellement à 10.6000 rouleaux de papier thermique, l’équivalent en distance d’un Paris-Montpellier », explique Patricia Mirallès. Elle précise auprès de 20 Minutes avoir obtenu ce chiffre auprès d’une enseigne de sa circonscription. La Fédération du commerce et de la distribution, qui représente plusieurs enseignes de grande distribution, n’était pas en mesure de confirmer ce chiffre.

Comment remplacer les tickets de caisse ? L’amendement évoque des « solutions alternatives ». Patricia Mirallès dévoile plusieurs pistes : un paiement par carte bancaire facilité, le recours à de nouvelles plateformes de paiement ou l’envoi d'emails.

4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent du numérique

Cette dernière option est déjà proposée par plusieurs enseignes. Mais la dématérialisation est-elle vraiment préférable à l'émission d'un ticket de caisse pour la sauvegarde du climat ? Si l'empreinte carbone des tickets de caisse n'a pas fait l'objet de travaux à notre connaissance, l'envoi et la réception d’un e-mail ont eux aussi un impact sur l’environnement. L’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a calculé en 2011 que l’envoi d’un e-mail de 1 mégaoctets, lu pendant cinq minutes et stocké pendant un an, équivaut à 19 g de CO2.

En 2019, l'Ademe rappelait que le numérique représente 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Ce chiffre pourrait doubler d’ici 2025, selon l’agence, en raison de la multiplication des usages (envois de courriels, lecture de vidéos, etc).

Le remplacement des tickets par des e-mails se heurte à d’autres obstacles : protection et gestion des données personnelles des clients, coûts pour les enseignes qui doivent mettre à jour leurs caisses… Le basculement vers la dématérialisation nécessite également d’accompagner les consommateurs aux pratiques numériques (envoi et réception d’un email, connexion à un espace personnel pour retrouver les factures). Or une personne sur cinq est incapable de communiquer via Internet, souligne l’Insee.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.