Elevage : Didier Guillaume confirme la fin du broyage des poussins et la castration à vif des porcelets fin 2021

BIEN-ETRE ANIMAL Ce mardi matin, le ministre de l’agriculture, Didier Guillaume, a annoncé plusieurs mesures de son plan pour l’amélioration du bien-être animal

Fabrice Pouliquen

— 

Didier Guillaume à l'Elysée, le 7 novembre 2019.
Didier Guillaume à l'Elysée, le 7 novembre 2019. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le broyage des poussins et la castration à vif des porcelets, deux pratiques très controversées utilisées dans l’élevage, seront interdits fin 2021, a annoncé ce mardi le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, dans le cadre d’un plan pour l’amélioration du bien être animal.

Le ministre a également annoncé avoir, avec notamment l’Allemagne et l’Espagne, décidé la mise en place « à partir de l’année prochaine » d’un étiquetage « sur le bien-être animal », sur le plateau de BFMTV-RMC.

« Pas la fin de l’élevage »

« Nous savons que la situation aujourd’hui commence à choquer bon nombre de nos concitoyens », a estimé le ministre au micro de Jean-Marc Bourdin, pour justifier cette meilleure prise en compte du bien-être animal dans l’élevage que veut insuffler le gouvernement. Cette sensibilité n’était peut-être pas celle-là il y a trente ans, mais aujourd’hui c’est réel. » « Le bien-être animal, ce n’est pas la fin de l’élevage, a-t-il poursuivi. C’est le mieux de l’élevage. »

En octobre, Didier Guillaume avait déjà annoncé l’interdiction prochaine de l’élimination des poussins mâles par broyage dans les élevages industriels. Le ministre de l’Agriculture évoquait déjà l’échéance de 2021.