20 Minutes : Actualités et infos en direct
OPERATION DEFRICHAGEArracher les plantes importunes dans les calanques, une solution durable ?

Marseille : Arracher les plantes envahissantes dans les calanques, une solution efficace pour la biodiversité ?

OPERATION DEFRICHAGEIl faudra dix ans et des chantiers chronophages pour venir à bout de ces espèces exotiques
Jean Saint-Marc

Jean Saint-Marc

L'essentiel

  • Le Parc national des calanques, à Marseille, fait appel à des bénévoles ce week-end pour arracher des plantes exotiques.
  • Ces espèces envahissantes nuisent à la biodiversité locale.
  • Il faudra dix ans pour réussir à épuiser le stock de graines dans le sol.

Le mythe de Sisyphe revisité dans les calanques. Les bénévoles convoqués ce week-end au Mont Rose ne seront pas chargés de pousser éternellement un rocher jusqu’au sommet de Marseilleveyre. Mais leur tâche peut aussi sembler infinie : ils devront arracher les plants d’agave d’Amérique, de figuier de Barbarie, de griffe de sorcière ou de luzerne arborescente. Des plantes exotiques, envahissantes, qui perturbent la biodiversité des calanques.

« On sait qu’elles vont revenir, reconnaît Laureen Keller, chargée de mission Life Habitat pour le Parc national des calanques. Elles ont développé un système racinaire et une banque de graines. Pour le figuier de Barbarie, par exemple, il faut dix ans pour épuiser complètement le stock ! »

« Un hotspot de biodiversité végétale »

Sisyphe était condamné pour l’éternité à son étrange châtiment… Les bénévoles du Mont Rose n’en prennent que pour dix ans. « Avec les gardes du Parc, on fera des "repasses" chaque année pour éliminer les plantules, puis tous les deux ans », poursuit Laureen Keller. Le but n’étant pas de « nettoyer » tout le massif des calanques, mais seulement certains endroits. « Dans certaines zones on ne peut plus rien faire, mais sur les îles ou sur les zones littorales, on sait qu’il est encore temps d’agir », lance Loïc Panzani, du Naturoscope, l’association qui va gérer les bénévoles ce week-end au Mont Rose.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Ce site est « le meilleur laboratoire possible », selon Julien Ugo, du Conservatoire botanique national européen : « Tous les enjeux du Parc sont résumés sur un petit caillou ! C’est le plus gros hotspot de biodiversité végétale, la fréquentation par les visiteurs est intense et comme on est à proximité de jardins privés, les espèces viennent s’étendre là. » Les acteurs de l’opération de ce week-end font d’ailleurs un gros travail de sensibilisation auprès des habitants des abords du parc, afin qu’ils cessent de planter des espèces envahissantes dans leurs jardins.

Des chantiers chronophages

Comme tous les protagonistes de cette campagne d’arrachage, Julien Ugo est « optimiste » :

« « Ces opérations sont efficaces quand on le veut. On a beaucoup travaillé sur la cartographie, on a hiérarchisé et croisé des données pour déterminer des sites prioritaires. On a suffisamment de retours d’expériences pour dire que ça va marcher ! » »

Pour « accélérer la cicatrisation », des plantes locales, comme l’astragale, seront également plantées pour occuper le terrain et « mettre toutes les chances de notre côté », comme le dit Julien Ugo. Les premiers tests, effectués en mars dernier sur l’île de Ratonneau, dans l’archipel du Frioul, sont concluants.

Les griffes de sorcière (carpobrotus edulis) pullulent dans le parc des calanques.
Les griffes de sorcière (carpobrotus edulis) pullulent dans le parc des calanques. - Hans / Pixabay

Les chantiers sont « chronophages » mais efficaces. Dans les zones accessibles, ils seront menés avec des bénévoles. Sur les îles ou dans les falaises du Parc, une entreprise spécialisée s’en chargera, avant d’être relayée par les agents du Parc. « En aucun cas, on ne va éradiquer les plantes envahissantes, ce serait illusoire et ce serait un gouffre financier, conclut Laureen Keller. Mais on pense que dans dix ans, on pourra dire : "la flore locale s’est réinstallée !" »

Sujets liés